• Le but magique de Deyna Castellanos candidat au Prix Puskás
  • Il a été élu plus beau but de la Coupe du Monde Féminine U-17. Vous pouvez voter pour lui 

    ici

  • La Vénézuélienne est aussi finaliste pour The Best - Joueuse de la FIFA 2017

En 60 petites secondes, le Venezuela est passé de la joie au désespoir, et du désespoir au bonheur absolu en phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2016.

Qualifiée, éliminée, puis de nouveau qualifiée pour les quarts de finale en l’espace d’une minute, la Vinotinto a réussi un tour de magie, qui a vu s’enchaîner deux buts spectaculaires, deux célébrations et un changement.

Quand Alexandra Takounda a égalisé d’une talonnade à la 93ème minute de la rencontre Venezuela-Cameroun, elle a porté un coup fatal aux Sud-Américaines. Tenues à la victoire, ces dernières ne disposaient plus que d’une minute de temps additionnel pour reprendre l’avantage : autant dire qu'elles étaient éliminées.

C’était compter sans Deyna Castellanos... Sur le coup d'envoi, sur une somptueuse frappe décochée depuis la ligne médiane, elle a envoyé le cuir droit dans les filets et propulsé les siennes en quarts de finale.

"Franchir le premier tour d’une Coupe du Monde grâce à ce but… C’est évidemment l’un des plus beaux moments de ma carrière", confie Deyna à FIFA.com près d’un an après son exploit du 3 octobre 2016. Synonyme de qualification (le Venezuela a terminé l’épreuve à la quatrième place), sa frappe a été élue plus beau but du tournoi et lui vaut d’être aujourd’hui candidate au Prix Puskás de la FIFA.

Notre tour d’horizon des dix buts en lice est l’occasion de nous attarder sur l’histoire de ce petit joyau, qui n’était en rien improvisé.

La confiance d’un entraîneur
À peine Deyna a-t-elle marqué, que l'entraîneur vénézuélien Kenneth Zseremeta s’est mis à crier : "Je te l’avais dit, je te l’avais dit !". Il s’adressait à ‘Tato’ Celis, le chargé de presse de la sélection, qui s’était étonné quelques jours plus tôt de l’acharnement avec lequel Deyna et ses coéquipières travaillaient les tirs depuis le centre du terrain.

Le changement
Il incombait naturellement à la capitaine de l’équipe de prendre les choses en main en cet instant d’extrême tension. Mais Deyna avait besoin d’une partenaire capable de placer le ballon au bon endroit. La mission a été confiée à Nohelis Coronel, entrée en jeu à cette fin. "Nohelis m’a demandé où je voulais le ballon. Je lui ai expliqué et elle a fait ce qu’il fallait."

Le coup de maître
Ces quelques secondes sont gravées dans la mémoire de Deyna. "Je m’en souviens parfaitement. 93ème minute, le Cameroun égalise, il faut trouver le moyen de sauver l’équipe. Je crois que ce but est le fruit de longues heures de pratique et de ma confiance en moi."

Deyna sera-t-elle finaliste du Prix Puskás de la FIFA ? La décision est entre les mains des utilisateurs de FIFA.com.

Votez dès à présent pour votre but préféré !