• Nielsen a emmené le Danemark en finale de l'UEFA EURO Féminin 2017
  • À 45 ans, il a quitté fin août son poste de sélectionneur national
  • "Mon rêve est d'avoir chaque jour le sourire aux lèvres", confie-t-il à FIFA.com

Lorsque le Danemark a croisé le chemin de l'Allemagne en quart de finale de l'UEFA EURO féminin 2017, le vainqueur était connu d'avance. Les Danoises avaient-elles la moindre chance contre les doubles championnes du Monde et sextuples tenantes du titre européen ? 

"Nous avons eu un peu de malchance avec les blessures juste avant et pendant l'EURO. Le grand mérite de mon équipe, et j'en suis très fier, a été la manière avec laquelle elle a fait face aux problèmes. Je suis très satisfait de nos prestations, en particulier contre l'Allemagne en quart de finale", confie à FIFA.com Nils Nielsen, le sélectionneur danois qui a créé la surprise. "Les filles ont cru en la victoire. C'est un aspect que nous avions beaucoup travaillé. J'étais très content que ce soit mon équipe qui élimine l'Allemagne. Nous avons écrit l'histoire. J'ai réalisé mon rêve. Gagner la finale est la seule chose qui aurait pu rendre l'aventure encore plus belle. Nous n'y sommes pas parvenus, mais cela reste néanmoins un beau rêve et pas un cauchemar", ajoute Nielsen, 45 ans, le sourire aux lèvres.

Ce rêve se prolonge aujourd'hui. Nielsen figure parmi les trois finalistes en course pour décrocher le prix The Best - Entraîneur de l'Année pour le football féminin 2017. "Je ne m'y attendais pas, mais c'est le genre de surprises qui fait toujours plaisir", se réjouit le technicien originaire du Groenland. "Je suis impatient de prendre part à la cérémonie de remise des prix. Je n'aurais jamais pensé y assister. Il faut y être invité ou faire partie de l'organisation. Comme je ne figurerai jamais parmi les organisateurs, le seul moyen de voir la cérémonie était d'être nominé. Je suis très heureux."

L'entraîneur assure vouloir simplement profiter de chaque minute, et qu'il se réjouira quoi qu'il arrive du verdict final, tant les performances des autres finalistes forcent l'admiration de Nielsen.

Nielsen à propos de Sarina Wiegman
"J'ai rencontré à plusieurs reprises la sélectionneuse des Pays-Bas, pas uniquement lorsque nous avons joué l'un contre l'autre. Je l'apprécie. C'est un excellent entraîneur qui fait du très bon travail pour le football féminin. Elle a parfaitement rempli sa mission de sélectionneuse du pays hôte de l'EURO. J'ai le plus profond respect pour elle en tant qu'entraîneur et en tant que personne."

Nielsen à propos de Gérard Prêcheur
"Je ne connais pas personnellement l'entraîneur de Lyon. Mais j'ai suivi les succès majeurs qu'il a obtenus avec son équipe au fil des ans. J'ai le plus grand respect pour ce qu'il a réalisé."

Nielsen vient lui aussi de connaître un grand succès avec le Danemark. Pourtant, il a décidé de céder son poste de sélectionneur endossé en 2013. "Je ne sais pas encore ce qui m'attend à présent. Lorsque je trouverai un projet qui m'intéressera autant que celui-ci, je m'y investirai corps et âme. J'y mettrai tout mon cœur, comme je l'ai fait pour cette équipe. Il était temps pour moi de voguer vers d'autres horizons et pour les joueuses d'évoluer sous les ordres d'un nouveau entraîneur qui puisse leur donner une nouvelle inspiration", conclut-elle.