• Renard et  Bronze sont toutes deux prétendantes au prix The Best - Joueuse de la FIFA 2017
  • Elles sont toutes les deux défenseures
  • Elles jouent toutes deux à l'Olympique Lyonnais

Les faits sont là. Le titre de Joueuse Mondiale de la FIFA a toujours été remis à des joueuses à vocation offensive. Si Nadine Angerer, gardienne de but allemande, a fait exception à la règle en 2013, jamais des arrières n’ont encore été récompensées. Or Wendie Renard et Lucy Bronze, prétendantes au prix The Best - Joueuse de la FIFA 2017 ont quelques arguments à faire valoir. Parole à la défense.

"Ma saison a été plutôt bonne ! J’en ai connues des meilleures, mais je pense avoir été régulière dans mes performances. Trois titres, ça ne passe pas inaperçu. Je ne boude pas mon plaisir d’avoir été retenue dans cette liste, d’autant qu’elle est constituée par des spécialistes de la discipline", confie Renard, pour FIFA.com.

Renard en 2017 c’est…
- Une 4ème Ligue des champions féminine de l’UEFA
- Un 11ème titre en championnat de France
- Une 7ème Coupe de France
- Une SheBelievesCup avec l’équipe de France


"Dans chaque entraînement, chaque match, j’ai donné absolument tout ce que je pouvais", plaide de son côté Lucy Bronze, au même micro. "J’ai notamment donné le meilleur de moi-même lors de l’EURO, et je suis satisfaite de moi car je ne pouvais tout simplement pas donner plus. Je n’ai pas de regret".

Cet UEFA EURO Féminin 2017 auquel l’Anglaise fait référence a d’ailleurs été l’occasion pour les deux joueuses de se montrer à nouveau sous leur meilleur jour après une année en club déjà pleine. La tonique latérale anglaise s'est un peu plus imposée comme une référence à son poste, aussi à l’aise dans les tâches défensives qu’offensives, et a grandement contribué au joli parcours de l’Angleterre achevé en demi-finale. 

De son côté, Renard, avec son mètre 87, a encore démontré combien elle était indispensable dans la défense centrale de la France. Son absence pour suspension a d’ailleurs pesé lourd dans la balance lors de l’élimination des Bleues en quart de finale… par l’Angleterre de Lucy Bronze !

Bronze en 2017 c’est…
- Une FA Cup
- Une demi-finale de Ligue des champions
- Une demi-finale à l’UEFA EURO Féminin 2017
- Une nomination dans l'équipe-type de l'UEFA EURO Féminin 2017

Désormais, en club, c’est sous le même maillot qu’elles batailleront. Lucy Bronze a en effet quitté Manchester City pour rejoindre à la fin de la saison 2016/17 l’Olympique lyonnais, dont Wendie Renard est la capitaine depuis quatre saisons. Mais avant de tenter d’aller décrocher ensemble le troisième triplé d’affilée du club, elles se sont fixé pour objectif de décrocher un autre trophée, individuel celui-ci…

"J’ai éprouvé beaucoup d’émotion à voir mon nom dans cette liste de candidats au titre The Best - Joueuse de la FIFA, surtout lorsque j’ai vu les noms qui m’entouraient. C’est vraiment quelque chose de spécial d’être considérée comme l’une des meilleures joueuses du monde, et je suis très reconnaissante à ceux qui m’ont nominée", souffle Bronze Et Renard de renchérir : "C’est effectivement une fierté de faire partie des meilleures joueuses aux mondes. C’est le fruit des années de travail, et de plusieurs saisons remarquables avec l’OL et aussi de bons matches avec l’équipe de France. Ça démontre que le boulot fait n’est pas passé inaperçu. C’est rare de voir des défenseurs dans ce genre de listes, je le savoure d’autant plus."

De Mia Hamm à Carli Lloyd en passant par Birgit Prinz, Marta, Abby Wambach, Nadine Kessler et Homare Sawa, attaquantes et milieux offensives ont toujours eu la part belle dans cette compétition. Frustrant ? "Les beaux gestes, la finition, les jolis buts sont davantage mis en avant que les tâches ingrates et le travail de l’ombre, c’est comme ça", analyse Renard. "Pourtant, à la base d’un beau but, il se peut qu’il y ait un centre, et avant cela une autre passe, et avant cela une récupération de ballon... Chaque poste, chaque maillon de la chaîne est essentiel."

Et Bronze d’ajouter : "Chez les hommes, les gens ont tendance à regarder des matches dans leur intégralité. Chez les femmes, ils se contentent souvent des résumés, autrement dit des actions de buts les plus spectaculaires. Or on ne peut pas se faire une impression du travail d’une défenseure avec des condensés de match", souligne-t-elle.

"J’ai pu m’en rendre compte après avoir marqué des buts en Coupe du Monde, ce qui est assez rare me concernant… Les gens me parlent encore de ces buts deux ans après. Il ne fait aucun doute que marquer des buts ou arrêter des penalties reste, malheureusement, pour une joueuse le seul moyen pour se faire véritablement remarquer", conclut amèrement Bronze qui, au même titre que Renard, fait une excellente avocate… de la défense.

Ce qu’elles pensent l’une de l’autre :
Wendie sur Lucy : "C’est une très grande joueuse. Son apport que ce soit avec Manchester City ou avec l’Angleterre a été impressionnant. C’est une superbe recrue pour l’OL. Ce sont des joueuses comme elles qui vont permettre de changer le regard qu’ont les gens sur les défenseurs."

Lucy sur Wendie : "C’est la meilleure défenseure centrale du monde. Elle l’est depuis un moment déjà. C’est marrant, car lorsqu’on joue contre elle, elle dégage un air un peu sévère, sérieux et concentré. Et lorsque je suis arrivée au club, je me suis aperçu qu’elle était tout le contraire hors du terrain : elle est très drôle, toujours souriante, terre-à-terre. Ce n’est pas seulement une grande joueuse, c’est une grande femme."