• Sebastian Vettel a été sacré quatre fois champion du monde de Formule 1
  • Grand amateur de football, il est supporter de l'Eintracht Francfort
  • Il voit des similitudes entre le monde de la F1 et le football professionnel

Sebastian Vettel sait ce que signifie être The Best. De 2010 à 2013, l'Allemand a remporté quatre titres consécutifs de champion du monde de Formule 1. Fort de son palmarès impressionnant en F1, le pilote de 30 ans possède l'expérience et le vécu nécessaires pour retracer le parcours d'un athlète vers les sommets de sa discipline. Vettel, qui suit de près la Bundesliga allemande, n'a jamais caché sa préférence pour l'Eintracht Francfort. Lors d'une récente visite au Siège de la FIFA, il est revenu sur les qualités requises pour atteindre le très haut niveau.

"Il faut beaucoup de talent. C'est sans doute le critère numéro un", explique-t-il à FIFA 1904. "Ensuite, tout dépend de la volonté et du travail fourni. Certains se satisfont d'être enfin passés professionnels. Alors que c'est justement à ce moment-là qu'il faut faire attention aux détails pour s'améliorer encore davantage. C'est ainsi que l'on parvient à s'élever à un niveau qu'on n'avait encore jamais atteint. Le travail finit toujours par payer."

The Best dans le football
Lundi 23 octobre, le monde du football aura les yeux rivés sur le London Palladium, où les principaux animateurs de l'année écoulée seront récompensés à l'occasion de la seconde édition des The Best FIFA Football Awards™. Comme bon nombre de passionnés, Vettel a bien du mal à placer un joueur au-dessus du lot à l'heure actuelle. Il oscille entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, à l'image du reste de l'opinion publique.

"Ce n'est pas pour rien que Lionel Messi et Cristiano Ronaldo règnent ces dernières années sur le football mondial. Une telle régularité au plus haut niveau est exceptionnelle", poursuit Vettel. "Qui est le meilleur ? C'est une question difficile. Messi est probablement le plus talentueux des deux, mais Ronaldo est de son côté le plus travailleur et le meilleur athlète."

"Cette hégémonie au sommet du football me rappelle celle que l'on observe dans le tennis depuis plusieurs années, où quatre joueurs dominent le circuit. Ceux qui occupent la cinquième, sixième et septième places sont également très bons, mais ça ne suffit pas pour rivaliser avec de tels joueurs. Pas sur la durée, en tout cas."

Des mondes similaires
À première vue, le fait de conduire des voitures de course à vive allure n'a pas grand-chose à voir avec les qualités athlétiques et les gestes techniques indissociables du football. Pourtant, à en croire Vettel, les exigences d'une carrière de pilote ne sont pas si éloignées des défis que les footballeurs professionnels doivent relever au quotidien.

"Plus le temps passe dans le monde du sport professionnel, plus on tisse des liens avec des athlètes d'autres disciplines. J’essaie d'apprendre d'eux. Les circonstances auxquelles j'ai été confronté et qui m'ont façonné, les sportifs professionnels d'autres disciplines y ont également fait face. Certains tapent dans un ballon, d'autres tiennent un volant, mais les défis quotidiens ne sont pas si différents. L'entraînement, la discipline et le mental font inévitablement partie de la vie de chaque sportif de haut niveau."