Gomaa : "Al Ahly a besoin d'un miracle"
© AFP

Malgré un résultat décevant au match aller, les Égyptiens d'Al Ahly croient encore en leurs chances d'accrocher à leur palmarès une septième Ligue des champions de la CAF. Pour cela, ils devront prendre le meilleur sur les Tunisiens de l'Espérance, qui tenteront samedi 17 novembre de remporter un trophée dont ils sont les tenants. Lors de la première manche, les deux équipes s'étaient neutralisées sur le score de 1:1 à Alexandrie. Ce but inscrit à l'extérieur risque de coûter cher aux Diables rouges.

Cela n'empêche pas Wael Gomaa de croire plus que jamais en les chances d'Al Ahly de renverser la vapeur. À 37 ans, l'imposant et expérimenté défenseur confie à FIFA.com que son équipe a les moyens de "réaliser un miracle". Il n'en faudra pas moins si le grand club du Caire veut espérer monter sur le toit de l'Afrique, après un parcours semé d'embûches, à commencer par l'interruption d'un championnat d'Égypte qui n'a toujours pas repris.

En cas de sacre, Gomaa établirait un record individuel en devenant le seul joueur à avoir remporté l'épreuve à cinq reprises, après ses campagnes victorieuses avec Ahly en 2001, 2005, 2006 et 2008. Gomaa avait rejoint les Diables rouges en 2001 en provenance de Ghazl El-Mahalla. Depuis, il a été l'un des joueurs les plus performants et les plus réguliers du club.

Wael, quelles ont été les erreurs commises par Al Ahly au match aller, qui devront être corrigées au match retour ?
Il n'y a pas eu d'erreurs flagrantes et il n'y a aucun joueur incriminé. Nous avons fait de notre mieux et nous avons dominé le match. Quand on regarde les statistiques, on voit que l'Espérance a marqué sur l'une de ses deux occasions dans la partie. Nous avons manqué de réussite. Nous avons eu de nombreuses opportunités, mais nous n'en avons converti qu'une seule. Il nous faudra un peu plus de réussite au match retour.

La défense d'Al Ahly a encaissé dix buts en neuf matches depuis le début de la phase de groupes. Y a-t-il un problème dans ce secteur?
Non, il n'y a pas de problème sérieux en défense. Mais étant donné que nous passons notre temps à attaquer, nous nous exposons aux contres. Cela dit, quand on regarde les statistiques de l'Espérance, on voit qu'ils ont déjà concédé sept buts dans la compétition. Il n'y a aucun problème à partir du moment où nous nous créons des occasions devant. Il est logique de commettre quelques erreurs à l'arrière.

L'Espérance va-t-elle adopter une approche prudente, étant donné qu'un nul 0:0 lui suffit pour obtenir le titre ?
Je ne vois pas l'Espérance jouer le match nul. Je pense qu'ils n'ont pas oublié le scénario de 2006, lorsque nous avions marqué un but en fin de partie contre le CS Sfaxien à Tunis. Cela nous a suffi pour gagner le trophée après le match nul 1:1, à l'aller en Égypte. Même sans son meneur de jeu Youssef Msakni, l'Espérance reste dangereuse car ils sont très au point collectivement, comme nous du reste. Je pense que nous sommes meilleurs au niveau offensif. S'ils décident d'attaquer pour ne pas subir le même sort que Sfax, alors nous aurons des espaces pour essayer de marquer.

À combien évaluez-vous les chances d'Al Ahly de remporter la compétition ?
Notre tâche n'est pas facile. Ce serait un miracle si nous gagnions ce trophée quand on prend en compte tous les problèmes que nous avons rencontrés. Il n'y a plus de championnat, plus de matches, plus de supporters. C'est quand même un très gros handicap car la moindre des choses pour une équipe, c'est de jouer régulièrement pour être prête. Ce n'est pas le cas pour nous.

L'opportunité de vous qualifier pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA pour la première fois depuis 2008 est-elle une source de motivation supplémentaire ?
Oui, c'est certain, c'est une source de motivation en plus, mais nous voulons aussi gagner cette compétition pour les martyrs du désastre de Port-Saïd. Entre nous, nous appelons ce tournoi "la compétition des martyrs".

Concernant l'équipe nationale d'Égypte, peut-elle se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™ malgré tous les problèmes que vous venez d'évoquer ?

Heureusement, nous n'avons aucun match de compétition prévu avant mars 2013. Nous sommes dans une situation très compliquée à cause de cette interruption du football. S'il n'y a pas de championnat cette saison, la seule solution sera de faire des stages à répétition pour préparer les matches de qualifications qui nous restent à disputer.

Que pensez-vous du travail effectué jusqu'ici par Bob Bradley à la tête de la sélection ?
C'est un homme courageux. Sa détermination à continuer malgré tous les problèmes rencontrés rend hommage à sa bravoure et à sa volonté de réussir.