De l'Espérance à la légende
© AFP

Dans l'histoire de la Ligue des champions de la CAF, trois clubs seulement ont réussi à remporter la compétition deux fois de suite. L'Espérance aura ce samedi 17 novembre l'occasion de devenir le quatrième. Ironie du sort, l'adversaire des Sang et Or, dans la finale retour au stade de Radès, est Al Ahly, l'un des trois clubs en question. Les Égyptiens avaient réussi l'exploit en 2005 et 2006. Les deux autres sont le TP Mazembe en 1967 et 1968, puis en 2010 et 2011, et Enyimba en 2003 et 2004.

L'Espérance débutera cette deuxième manche avec un léger avantage après le match nul 1:1 rapporté d'Égypte. Cela dit, les Tunisois se souviendront de la mésaventure de leurs compatriotes et rivaux du CS Sfaxien qui, en 2006, avaient obtenu un nul 1:1 en finale aller contre Al Ahly au Caire, avant de s'incliner 0:1 lors du deuxième acte au stade de Radès.

La défense d'Al Ahly a concédé dix buts au cours de ses neuf dernières sorties dans la compétition et devra une nouvelle fois se passer de son arrière gauche Sayed Moawad, qui souffre d'une inflammation d'un tendon du genou. Autres absents dans l'équipe de Hossam El Badry, l'ancien joueur de l'Espérance Oussou Konan et l'ailier Ahmed Shoukri.

Le vétéran Wael Gomaa sera donc le chef de la défense des champions d'Égypte, qui ont gagné la compétition six fois dans leur histoire, un record, mais ne sont plus montés sur le toit de l'Afrique depuis 2008. "Notre tâche n'est pas facile. Quand on voit tous les problèmes que nous avons rencontrés, ce sera un miracle si nous gagnons ce tournoi", estime le joueur de 37 ans, qui voit quand même des raisons d'espérer à la veille de cette finale retour. "Nous sommes meilleurs qu'eux en termes de potentiel offensif. S'ils attaquent pour éviter de connaître le même sort que Sfax, nous pourrons profiter des espaces et marquer."

L'Espérance compte ses absents
En milieu de semaine, le sélectionneur tunisien Sami Trabelsi s'était volontairement passé de six joueurs de l'Espérance pour le match amical de la Tunisie contre la Suisse, remporté 2:1 par la sélection helvète. Mais malgré cette précaution, les Sang et Or ne seront pas au complet. Le milieu de terrain Mejdi Traoui, dernier forfait en date, vient rejoindre les rangs des absents, où l'on trouve déjà le défenseur ghanéen Harrison Afful et Sameh Derbali, tous deux suspendus.

La petite merveille Youssef Msakni sera elle aussi absente. Son frère Iheb, qui occupe un rôle à vocation offensive, est incertain, tout comme l'attaquant camerounais Joseph Yannick Ndjeng. "C'est vrai que nous avons beaucoup de joueurs blessés ou incertains", confirme le milieu international Hocine Ragued. "Cela nous ennuie beaucoup pour eux, car c'est toujours triste de manquer une finale. Mais heureusement, nous avons un groupe assez large et malgré ces absences, nous restons solides et solidaires."

Le meilleur buteur de la compétition avec 12 réalisations, Emmanuel Clottey, n'est pas éligible car il a déjà participé à la présente édition de l'épreuve avec Berekum Chelsea. "Je ne peux pas jouer. Tout ce que je peux faire, c'est prier que nous les battions pour pouvoir aller à la Coupe du Monde des Clubs", espère le Ghanéen. "C'est un très grand tournoi, suivi dans le monde entier. Ce serait fantastique d'y prendre part."

Le gardien Moez Ben Cherifia, élu homme du match à l'issue de la finale aller, a permis aux Tunisiens d'éviter la défaite. Pour espérer apporter le trophée en Égypte, Al Ahly devra le prendre à défaut au moins une fois. Au vu de la forme actuelle du portier de 21 ans, les Diables rouges n'auront pas la tâche facile.

Mais face à l'expérience egyptienne, l'Espérance non plus. C'est le prix à payer pour entrer dans la légende.