Hiroshima sauvé par le missile d'Aoyama
© Getty Images

La frappe lointaine et puissante de Toshihiro Aoyama a permis à Sanfrecce Hiroshima de battre Auckland City FC 1:0 en match d'ouverture de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2012. L'infatigable milieu de terrain espère que cette année de rêve se poursuivra quelque temps encore pour les vainqueurs de la dernière J-League.

"La chance de gagner le championnat et de participer à une compétition mondiale se présente très rarement", explique à FIFA.com l'un des cinq joueurs d'Hiroshima nommés dans l'équipe-type de la J-League 2012. "Ce n'est pas évident de rester au top de sa forme après une longue saison, mais nous sommes motivés pour faire de notre mieux ici."

Ce n'est qu'au moment de sortir du tunnel du Yokohama International Stadium qu'il a vraiment réalisé qu'il était sur le point de participer à l'épreuve suprême des clubs à l'échelle mondiale. "Quand je suis entré sur le terrain et que j'ai entendu l'hymne de la FIFA, je me suis dit : 'C'est quelque chose que je n'ai vu qu'à la télé'. Fouler la pelouse tout en écoutant cette musique m'a permis de réaliser que je participais à une compétition internationale. Je suis fier de représenter le Japon et c'est ce qui m'a donné autant d'énergie pendant tout le match."

Contre Auckland, Sanfrecce a utilisé la même organisation en 3-4-2-1 que tout au long de la saison qui a abouti à son premier sacre national. L'attaquant Hisato Sato - élu meilleur joueur de la J-League 2012 - et le défenseur Ryota Moriwaki ont tous les deux eu des occasions nettes, mais ce sont Aoyama et le vétéran Kazuyuki Morisaki qui ont animé le jeu en milieu de terrain. "Sanfrecce est une équipe fantastique", reconnaît Ramon Tribulietx, l'entraîneur d'Auckland, après le match. "Il est très dur de leur prendre le ballon."

Récupérer le ballon du match
Malgré sa domination, Hiroshima a eu du mal à faire craquer la défense du club néo-zélandais, dont c'était la quatrième participation à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Mais à force de patience, la formation entraînée par Hajime Moriyasu a eu le dessus.

Le moment décisif est survenu à la 66ème minute. Aoyama reçoit le ballon à 25 mètres du but adverse et déclenche une frappe qui vient se loger dans la lucarne opposée. "Nous n'avons pas réussi à marquer en première période, mais en même temps Auckland n'a jamais vraiment menacé notre but", explique le joueur de 26 ans, aussi surpris que tous ses partenaires d'avoir réussi à forcer le verrou océanien. "Nous dominions et nous savions qu'en gardant notre sang-froid et la possession du ballon, le but finirait par arriver. Je n'ai marqué que deux fois cette saison. J'ai été vraiment très surpris de marquer un aussi beau but. Surtout dans un tel cadre."

Dans ce premier match de la neuvième édition de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Aoyama a inscrit le 200ème de l'histoire de la compétition. "200 ? Il faut que je récupère le ballon du match !", réagit Aoyama quand on lui annoncé la nouvelle. Mais Aoyama et ses coéquipiers ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin. Ils visent au minimum une troisième place, qui leur permettrait d'égaler la meilleure performance d'un club japonais dans l'histoire de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

Pour cela, il faudra battre Al-Ahly, champion d'Afrique, le 9 décembre prochain en quart de finale. "Nous prenons énormément de plaisir", admet Aoyama. "Gagner un match nous rapproche un peu plus du titre de meilleur club du monde. Avoir la chance de devenir le meilleur club est quelque chose de très motivant. En tant que footballeur, c'est pour cette raison que je joue. Je suis tellement heureux. Le prochain match est encore plus important. Je vais tout donner."