Shinwook, géant impuissant
© AFP

Lorsqu'il passe dans l'embrasure des portes du Toyota Stadium, Kim Shinwook se baisse légèrement pour éviter de se cogner la tête. Du haut de ses 196 cm, l'avant-centre d'Ulsan Hyundai ne passe pas inaperçu au Japon, pays où la taille moyenne est relativement peu élevée. Le numéro 9 coréen domine tout le monde en hauteur et on comprend pourquoi les fans d'Ulsan l'ont gentiment surnommé "Notre Géant".

"Je n'ai jamais joué au basket-ball, je le jure", assure-t-il à FIFA.com, et avec un sourire un peu las, après la défaite décevante de son équipe contre les Mexicains du Club de Futbol Monterrey. "Je sais que je suis grand, mais cela ne veut pas dire que je suis un joueur de basket." Certains médias japonais ont en effet avancé que Kim Shinwook avait d'abord été basketteur et qu'il savait même smasher. Le meilleur buteur de la K-League et de la Ligue des champions de l'AFC cette saison dément. "Ma seule passion est le football. Je suis un footballeur dans l'âme."

Malgré sa prestation manquée face aux Mexicains, mais dans un bon jour, Kim Shinwook est un joueur dangereux. Fort et volontaire, il livre des duels aériens avec un courage confinant parfois à l'imprudence. Son corps fend l'air, souvent au milieu de coudes et de têtes. Il commet de nombreuses fautes et en subit tout autant. Pour une équipe défensive, ce rôle d'attaquant de pointe implique avant tout solitude et sacrifices.

A 24 ans, le Coréen a débuté sa carrière comme défenseur central, mais est ensuite passé au poste d'avant-centre. Avec Ulsan, son rôle est de se défaire du marquage individuel pour contrôler le ballon et servir des coéquipiers comme Lee Keunho, récemment élu Joueur asiatique de l'année et l'un des rares joueurs créatifs de l'équipe. "Ça n'a pas marché aujourd'hui", regrette-t-il en secouant la tête l'air de s'excuser, après la défaite 3:1. "J'ai fait tout mon possible, mais les défenseurs mexicains ne m'ont pas lâché d'une semelle. J'ai beaucoup de mal à prendre des ballons ou à me libérer un peu. J'étais seul et ils étaient nombreux."

Raviver la flamme
"Monterrey a été meilleur que ce à quoi nous nous attendions", analyse l'avant-centre, qui reconnaît également que la tactique d'Ulsan, à savoir une défense compacte et des contres rapides, a complètement échoué dans ce quart de finale. Le seul but marqué par les Coréens l'a été alors que le score était déjà de 3:0 en leur défaveur et il est dû à une bourde du gardien de Monterrey, Jonathan Orozco. "Nous voulions presser haut, mais ça n'a pas marché et au final, ce sont eux qui nous ont pressés."

Contre les champions de la CONCACAF, Kim Shinwook a réussi à se défaire du marquage une seule fois, mais sa tentative est passée à côté du montant. Une unique occasion résume bien la physionomie d'une soirée frustrante. "J'ai fait de mon mieux aujourd'hui, mais ça n'a pas fonctionné. J'ai joué comme j'en ai l'habitude, mais je n'ai pas trouvé la clé", admet celui qui a disputé quatre matches avec la République de Corée dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Prochain rendez-vous pour Ulsan et son géant, le match pour la cinquième place de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, sous forme de derby est-asiatique contre les Japonais d'Hiroshima Sanfrecce. L'ailier de Sanfrecce, Mihael Mikic, a déjà lancé les hostilités. "Il existe une grande rivalité ici et nous voulons montrer que notre football est meilleur que le football coréen", annonce le Croate avant la rencontre qui aura lieu le 12 décembre à Toyota. "Nous pratiquons un jeu agréable alors que leur football est plus physique, parfois même un peu à la limite."

Un commentaire qui a le don de raviver la flamme de Kim Shinwook, qui compte bien utiliser son corps et sa taille à bon escient lors de ce match pour la cinquième place. "Nous allons changer notre tactique pour ce match et je vais faire de mon mieux pour marquer. Nous allons pousser et tout donner pour marquer", conclut-il.