Corinthians ramène le trophée en Amérique du Sud
© Getty Images

LE FILM DU TOURNOI - En 2008, Corinthians se retrouve en deuxième division brésilienne et traverse ainsi l'une des périodes les plus difficiles de son histoire. Quatre ans plus tard, c'est le même club qui remporte la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2012. Le long chemin parcouru par le Timão depuis sa descente aux enfers se termine donc en apothéose, avec un titre de champion du monde pour le Brésil et l'Amérique du Sud, après cinq années de suprématie européenne.

Les équipes brésiliennes avaient régné sur les trois premières éditions du tournoi, Corinthians s'adjugeant déjà la version inaugurale. Mais à partir de 2007, le vent a tourné en faveur du Vieux Continent : l'AC Milan, Manchester United, l'Inter Milan et le FC Barcelone, à deux reprises, ont fait main basse sur le trophée le plus convoité du football de clubs à l'échelle mondiale. Ce 16 décembre 2012, Corinthians est devenu le deuxième club de l'histoire double vainqueur de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

Avec une équipe très organisée tactiquement, des joueurs expérimentés, solides physiquement et dévoués, le Timão est allé au bout de son projet. Mais la vitrine de trophées du grand club pauliste ne serait pas ce qu'elle est sans le soutien hors normes de ses supporters. Le Japon, qui a accueilli des milliers de fans alvinegros, est le dernier témoin des désormais célèbres "invasions corinthiennes" de ces fervents partisans, qui se surnomment eux-mêmes la "banda de loucos" (bande de fous).

"Nous devons une grande reconnaissance à ces supporters. Ça a été comme ça pendant toute l'année au Brésil, à chaque match que nous avons disputé. C'est fantastique. Ils sont toujours présents et vous n'entendez jamais de sifflets ou de critiques, rien. Ils sont toujours là pour soutenir l'équipe", affirme à FIFA.com le gardien Cássio, Ballon d'Or adidas du tournoi, tandis que David Luiz, de Chelsea, a reçu le Ballon d'Argent adidas et Paolo Guerrero, meilleur buteur des champions du monde, le Ballon de Bronze adidas.

Chelsea, de son côté, était arrivé au Japon avec la ferme intention de se racheter suite à son élimination précoce et inattendue en Ligue des champions de l'UEFA. Au final, les Londoniens ont été dominés par un adversaire extrêmement régulier. Mais la prestation magistrale des Blues en demi-finale contre le Club de Futbol Monterrey et le talent évident dont regorge l'effectif des champions d'Europe leur permet d'envisager une deuxième partie de saison positive sur le Vieux Continent.

Sans oublier…
Le show de César Delgado contre Ulsan Hyundai a enchanté les spectateurs présents à Toyota et permis de perpétuer une tradition pour le football de son pays. Un joueur argentin a en effet marqué deux buts dans le même match au cours des cinq dernières éditions de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA : Christian Giménez avec Pachuca en 2008, Leandro Benítez d'Estudiantes de La Plata en 2009, Dario Cvitanich de Pachuca en 2010 et Lionel Messi avec Barcelone en 2011. L'ancien Lyonnais a joué un rôle décisif dans la très bonne troisième place obtenue par Monterrey, qui affiche un bilan de deux victoires en trois sorties.

Quatrième à l'issue du tournoi, Al Ahly a battu un record en portant à neuf son total de matches joués en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Les expérimentés Mohamed Aboutrika, Hossam Ashour et Wael Gomaa ont été de chacune des quatre participations de l'équipe égyptienne au tournoi depuis 2005.

Champion du Japon au terme d'une saison surprenante et soutenu par les chants enthousiastes de ses supporters, Sanfrecce Hiroshima a été récompensé de sa politique d'investissement dans la formation des jeunes par une présence à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, ponctuée de deux victoires. Hiroshima a d'abord battu Auckland City FC 1:0 en barrage et, après avoir été dominé 1:2 par Al Ahly à l'issue d'un match très serré, a pris le meilleur sur son rival asiatique Ulsan Hyundai dans le match pour la cinquième place. Dans les rangs japonais, le capitaine Hisato Sato a crevé l'écran. Avec trois réalisations, il termine meilleur buteur de la compétition. Son coéquipier Toshihiro Aoyama a quant à lui inscrit le 200ème but de l'épreuve.

L'équipe sud-coréenne, de son côté, n'a pas réussi à reproduire à Toyota le football qui lui avait permis de remporter pour la première fois de son histoire la Ligue des champions de l'AFC. Le champion d'Asie a perdu les deux matches qu'il a disputés à Japon 2012. Les Néo-Zélandais d'Auckland City ont pour leur part quitté la compétition avec deux records : c'est la première équipe, avec Al Ahly, présente à quatre éditions du tournoi, prouesse extrêmement précieuse du point de vue de l'expérience. Son attaquant Daniel Koprivcic vient quant à lui de participer à sa cinquième Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.