Anvers, 1920
© Getty Images

Après un interlude de 8 ans dû à la Première Guerre mondiale, le football refait son apparition sur la scène internationale en Belgique, où est hissé pour la première fois le drapeau olympique orné de ses célèbres anneaux.

Lentement mais sûrement, le tournoi de football se développe. Il accueille à présent 14 pays et, pour la première fois, une nation non-européenne: l'Egypte. La formation africaine est vaincue 2:1 par l'Italie au tour préliminaire. Mais c'est l'élimination surprise du Royaume-Uni qui fait les gros titres des journaux. Le double-vainqueur du titre est sorti 3:1 par la Norvège au tour préliminaire.

Qualifiée d'office, la Belgique à domicile n'a besoin que d'une victoire 3:1 face à l'équipe espagnole au sein de laquelle un jeune gardien de 19 ans fait ses débuts: la future star Ricardo Zamora. Les Belges balaient ensuite les Pays-Bas 3:0 lors des demi-finales.

Jouant leur toute première compétition internationale, les Tchécoslovaques prouvent qu'ils peuvent affronter le monde, surclassant leurs adversaires 15:1 pour se frayer une route jusqu'en finale. Mais ils ne finissent pas ce qu'ils ont commencé dans le match les opposant aux Belges pour la médaille d'or et quittent le terrain en signe de protestation après une exclusion controversée de Steiner à la 39ème minute. La Belgique est sacrée championne sur le score de 2:0 grâce aux buts de Robert Coppee et de Henri Larnoe aux 6ème et 30ème minute.

Un match de barrage est nécessaire pour déterminer le médaillé d'argent. La France refuse de jouer car une bonne partie de son équipe est déjà retournée chez elle. Ainsi, l'Italie, la Norvège, l'Espagne et la Suède se disputent le droit d'affronter les Pays-Bas pour la seconde place. L'Espagne décroche la timbale à l'issue d'une victoire 3:1 sur les Hollandais.

Le Suédois Herbert Karlsson est le meilleur buteur du tournoi, grâce à sept réalisations, dont cinq effectuées au premier tour lors de la victoire contre la Grèce (9:0).