Atlanta, 1996

Le Nigeria écrit une page historique du Football Olympique en devenant la première équipe africaine (et non européenne ou sud-américaine) à gagner une médaille en or. Bien que le tournoi de football soit à l'origine une compétition U-23, chacun des 16 pays engagés est autorisé à utiliser jusqu'à trois joueurs plus âgés suite à un compromis entre la FIFA et le Comité International Olympique.

Les Nigérians, pressentis comme la première nation africaine à pouvoir remporter la Coupe du Monde, ont fait naître beaucoup d'espoirs au cours de la dernière décennie: en 1985, ils remportent le Championnat du monde U-16 et finissent deuxièmes en 1987. Ils s'emparent respectivement des troisième et deuxième places en 1985 et 1989 lors des Championnats du Monde Juniors. Mais ils n'ont jamais été en mesure jusqu'alors d'accéder aux niveaux supérieurs.

Le Nigeria, coaché par le Hollandais Johannes Bonfrere, se fraye un chemin vers la finale en l'emportant 1-0 sur la Hongrie et 2-0 sur le Japon avant de conclure le premier tour 1 à 0 sur une défaite face au Brésil. Les Africains battent par la suite les Mexicains et leur gardien de but Jorge Campos (2-0) en quarts de finale, offrant quelques matches spectaculaires.
Menés 3-1 en demi-finales par les favoris brésiliens suite à trois buts de Bebeto, Ronaldo et Rivaldo, les Nigérians se ressaisissent à la 78e minute grâce à un but de 20 mètres de Victor Ikpeba. Alors que la fin du match approche, le capitaine Nwankwo Kanu entre en action et, au milieu du chaos régnant devant les buts adverses, inscrit le but égalisateur à la dernière minute. Après seulement trois minutes de prolongations, Kanu marque le but décisif à 16 mètres, parachevant l'un des grands retours du football international lors d'une rencontre qui, aux yeux de nombreux observateurs, sera la plus belle de l'histoire des Jeux.

Comme pour se dépasser, les Nigérians réalisent un autre exploit face à l'Argentine, lors du match pour la médaille d'or, en présence de 86 117 spectateurs au Stade Sanford à Athens, Géorgie.

Au tableau d'affichage, les Argentins mènent 2-1 grâce à des buts de Claudio Lopez (3e minute) et de Hernan Crespo (meilleur buteur du tournoi qui signe, grâce à un penalty à la 50e minute, son 6e but) mais les Nigérians égalisent par un tir de Daniel Amokachi à la 74e minute. A la dernière minute, Emmanuel Amunike tire partie d'une bévue de replacement de la défense argentine - qui cherche le hors-jeu - et bat le gardien de but Pablo Cavallero sur un tir à bout portant. Le Nigeria triomphe 3-2. «Je vous garantis qu'au moment où je vous parle, tout le monde fait la fête en Afrique» déclare alors l'attaquant Sunday Oliseh. «Il n'est pas question de dormir cette nuit, tout le monde fera la fête. Cette victoire est dédiée à tous les pays africains.»

Outre le Nigeria, cette compétition a révélé d'autres surprises. L'Italie, entraînée par Cesare Maldini, est éliminée du tournoi après un premier tour désastreux. Cette série de piètres résultats et de performances décevantes de Maldini lui coûteront sa place.

Le Japon surprend le Brésil au premier tour, 1-0. Au cours des minutes qui suivent leur match nul avec les Mexicains (1-1), les Ghanéens passent de l'agonie à l'extase. Ils quittent le terrain avec des mines affligées, pensant avoir raté la qualification pour les quarts de finale. Mais leur mécontentement cède la place à la joie lorsque l'entraîneur mexicain, Bora Milutinovic, leur annonce qu'ils ont réussi.

Le Brésil, quadruple Champion du Monde mais n'ayant jamais gagné la médaille d'or olympique, doit se contenter de la médaille de bronze. Les Sud-Américains, enflammés par les trois buts de Bebeto, remportent tranquillement le match de classement les opposant au Portugal (5-0).

Seulement deux ans après le succès de la Coupe du Monde, le Tournoi Olympique de Football se révèle aussi populaire aux Etats-Unis qu'il l'était à l'occasion des Jeux d'été de 1984. L'audience cumulée sur 32 matches atteint 1 364 142 spectateurs et la plupart des matches se déroulent alors en même temps que le premier Tournoi Olympique féminin.