Londres, 1948

En raison de la Seconde Guerre mondiale, il faut attendre 12 ans pour assister de nouveau à des Jeux Olympiques. Entre-temps, le jeu professionnel a fleuri et s'est imposé. Ceci limite le nombre d'amateurs de haut niveau. C'est le début de la domination du Bloc de l'Est, mais pour l'heure ce Tournoi Olympique est remporté par la Suède. Cette dernière est en fait le seul pays n'appartenant pas à l'Est à décrocher la médaille d'or durant toute l'Après-Guerre. Il faudra attendre 1984 et la victoire de la France aux Jeux de Los Angeles pour que cette règle soit démentie.

Ces jeux se révèlent être riches en buts, avec une moyenne de 5,66 buts par match (102 en 18 rencontres).

Les Suédois, entraînés par Rudolf Kock et supervisés par l'Anglais George Raynor, sont impressionnants. Ils inscrivent 22 buts en 4 matches seulement, avec notamment une victoire 3:0 sur l'Autriche, une déroute de la Corée (sur le score de 12:0, avec respectivement 4 et 3 buts à l'actif de Gunnar Nordahl et Henry Carlsson) et un 3:1 face à la Yougoslavie en finale devant 60 000 spectateurs à Wembley. Gunnar Gren marque deux buts et l'autre revient à Nordahl, qui finit avec un record de sept réalisations sur l'ensemble du tournoi, à égalité avec le Danois John Hansen.

C'est dans la victoire de la Suède 4:1 en demi-finales face au Danemark qu'un des buts les plus inhabituels est marqué par Carlsson. Nordahl se trouve en position de hors-jeu après plusieurs changements de possession rapides. Il sort du terrain en courant dans le dos du gardien danois. Quelques secondes plus tard, Nordahl rattrape une tête de Carlsson. Le but est accordé.

Mais le succès de l'équipe suédoise ne tient pas du coup de chance. Trois de ses joueurs (Nils Liedholm, Gren et Nordahl) feront carrière à l'AC Milan, Nordahl marquera 210 buts pour ce club et 15 autres pour l'AS Rome. En 1958, Gren, alors âgé de 38 ans, et Liedholm, 36 ans, joueront encore en équipe nationale lors de la Coupe du Monde de 1958. A domicile, les Suédois parviennent en finale, perdant seulement contre le Brésil et un jeune joueur de 17 ans nommé Pele.

Dans un match de classement riche en buts, au cours duquel le Danemark mène 3:2 à la mi-temps, les Danois l'emportent 5:3 sur le Royaume-Uni dirigé par le manager de Manchester United, Matt Busby. John Hansen et Carl Praest signent chacun deux buts pour le vainqueur.