Oscar, meneur et perle rare
© Getty Images

Pour la plupart des joueurs considérés comme prometteurs à l'adolescence, vient toujours un moment très difficile dans une carrière : cesser d'être un grand joueur en devenir et s'affirmer comme un grand joueur tout court.

Beaucoup de footballeurs ne parviennent pas à franchir le pas. D'autres mettent plusieurs années à y parvenir. Mais pour une minorité de privilégiés, cette transition se fait de façon quasiment instantanée, comme si c'était dans la nature des choses. L'un des derniers exemples en date est le Brésilien Oscar, qui donne l'impression de porter le numéro 10 de la Seleção depuis toujours. À Londres 2012, la majorité des actions offensives du Brésil sont passées par les pieds du gamin de 20 ans, et cela ne semble surprendre personne. Pourtant, l'histoire d'Oscar avec la sélection auriverde a débuté il y a seulement quelques mois.

"Je suis conscient de pas mal aider l'équipe", reconnaît l'intéressé sans fausse modestie au micro de FIFA.com. Après avoir été l'un des grands artisans du sacre brésilien à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Colombie 2011, il a été appelé pour la première fois chez les seniors de son pays en septembre 2011. Mais c'est lors de la série de matches préparatoires pour les Jeux Olympiques en mai et juin, contre le Danemark, les États-Unis, le Mexique et l'Argentine, que le meneur de jeu a eu sa première chance comme titulaire. Il n'a pas laissé passer l'occasion. "Dans ces matches amicaux, j'ai évolué à un très bon niveau. Ici aux Jeux Olympiques, je pense que j'ai montré que j'avais le potentiel pour être le numéro 10 de la Seleção."

La qualité première d'Oscar est sa capacité à influer sur le rythme de la partie, grâce à la précision de ses passes et à la justesse de ses décisions. "C'est un meneur de jeu authentique. Il a exactement le profil du numéro 10 que le Brésil cherche depuis des années", confie à FIFA.com Carlos Alberto Parreira, l'entraîneur qui avait remporté la Coupe du Monde de la FIFA, États-Unis 1994™ avec le Brésil et qui fait partie du Groupe d'études techniques de la FIFA pour le Tournoi Olympique de Football Masculin. "Cela fait longtemps que nous n'avions pas de vrai numéro 10. À l'origine, on pensait que ce rôle était destiné à Ganso, mais cela n'est pas arrivé car il a été trop souvent blessé. Aujourd'hui, le Brésil a enfin trouvé la perle rare avec Oscar."

Faire marquer plutôt que marquer
Avec calme et humilité, mais sans hésiter à mettre en valeur les qualités de son jeu, Oscar se décrit lui-même comme un meneur de jeu et non pas comme un milieu offensif à la manière d'un Kaká ou d'un Ronaldinho. "Pour les Jeux Olympiques, je n'avais pas de position strictement définie. J'ai commencé un peu plus devant. Mais comme nous avons eu des difficultés pour produire du jeu lors de notre premier match, Mano m'a autorisé à reculer un peu pour venir chercher le ballon", explique le Pauliste, avant d'ajouter qu'il joue à ce poste de numéro 10 depuis très longtemps.

C'était déjà le cas lorsqu'il participait à des rencontres de football informelles étant enfant. "Déjà tout petit, j'étais différent. J'aimais bien faire des passes (rires). J'étais très heureux quand je réussissais une passe importante, car je voyais à quel point cela aidait l'équipe. J'aime bien marquer, mais j'aime encore mieux faire des passes décisives."

Lors de la campagne du Brésil jusqu'en finale des Jeux Olympiques qui se déroulera ce 11 août à Wembley, Oscar a également pu donner à voir l'étendue de son talent aux supporters de sa future équipe, Chelsea. "J'aime bien jouer ici, en Angleterre. Ça me donne confiance. J'espère que je vivrai de bons moments dans ce nouveau défi", poursuit l'ancien joueur de l'Internacional Porto Alegre. Pour que sa confiance monte encore d'un cran, rien de mieux pour Oscar que d'essayer d'aider son équipe à battre le Mexique, en finale du Tournoi Olympique de Football Masculin.