Los Angeles, 1984

Quatre ans après le boycott lié à l'Afghanistan, les pays de l'Europe de l'Est retournent la politesse, invoquant d'éventuels problèmes de sé curité. Ainsi, seulement quelques semaines avant l'ouverture des Jeux Olympiques d'été, les équipes favorites se retrouvent hors-compétition: l'Allemagne de l'Est, la Tchécoslovaquie et l'Union Soviétique tandis que l'Allemagne de l'Ouest, l'Italie et la Norvège font, elles, partie du tournoi.

Sollicités à la dernière minute, les Italiens limitent les dégâts et s'imposent 2 à 1 en match de classement face à la Yougoslavie, pays communiste finalement décidé à participer à ces Jeux. L'Italie dispose alors d'une palette de jeunes talents: Franco Baresi, Daniele Massaro, Aldo Serena et Pietro Vierchowod. Il en va de même pour le Cameroun avec Roger Milla, qui connaîtra la gloire lors de la Coupe du Monde en 1990, mais commencera par marquer durant cette compétition.

Pour la première fois, des professionnels sont autorisés à participer au Tournoi Olympique de Football. Les joueurs d'Europe et d'Amérique du Sud, ayant participé à la Coupe du Monde, ne peuvent pas prendre part au tournoi, ce qui permet à des équipes telles que le Canada et l'Egypte d'atteindre les quarts de finale.

Les Français dont l'équipe A a remporté la Coupe d'Europe quelques semaines plus tôt, réalisent un premier tour plutôt décevant, matches nuls avec le Qatar (2-2) et le Chili (1-1), et éliminent la Norvège 2-1. Ils accélèrent le régime dans la deuxième partie de la compétition, écartant l'Egypte 2-0 en quarts de finale par deux buts de Daniel Xuereb, et s'imposant face à la Yougoslavie lors des prolongations en demi-finales (4 à 2), grâce à de superbes buts de Guy Lacombe et Xuereb.
Le Brésil, dont les joueurs sont issus pour la plupart du club Internacional de Porto Alegre, se hisse en finale après une séance de tirs au but contre le Canada (4-2) suite au score nul 1-1.

Les Français passent un été mémorable, battant le Brésil 2-0 en finale. François Brisson et Xuereb marquent un but à sept minutes d'intervalle, à la 55e et à la 62e minute. Xuereb rejoint ainsi les Yougoslaves Borivoje Cvetkovic et Stjepan Deveric avec cinq buts chacun.

L'autre fait impressionnant est l'affluence du public dans les quatre villes olympiques, Palo Alto (Californie), Annapolis (Maryland), Cambridge (Massachusetts) et en particulier Pasadena (Californie), où un nombre record de personnes est enregistré (101 799) pour la finale au Rose Bowl. En fait, l'affluence cumulée sur l'ensemble des 32 matches s'établit à 1 421 627 spectateurs, faisant du football la discipline olympique la plus suivie. Ce succès permet de persuader la FIFA en 1988 d'attribuer l'organisation de la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis.