Mexico, 1968
© Getty Images

Les Jeux d'été de 1968 sont sans doute les plus agités de toute l'histoire du sport olympique. La confusion et les problèmes qui frappent les Olympiades n'épargnent pas le Tournoi de Football. En fin de compte, les Hongrois, qui ramènent chez eux leur troisième médaille d'or, rejoignent le Royaume-Uni (vainqueur en 1908 et 1912) et l'Uruguay (vainqueur en 1924 et 1928) comme les seuls champions olympiques à remporter ce titre deux fois de suite.

Le chemin vers l'or n'a rien d'une promenade facile. Le Maroc, par exemple, qui s'était qualifié pour le tournoi, refuse de rencontrer Israël. L'équipe remplaçante, le Ghana, s'incline 5:3 devant les Israéliens lors d'un match émaillé de heurts qui semblent s'être prolongés au Village olympique. Les Tchécoslovaques et les Guatémaltèques en arrivent également aux mains et ouvrent ainsi la porte sur deux matches baignant dans la polémique.

Au cours du match pour la 3ème place qui oppose le Mexique au Japon et se solde par la défaite 2:0 du pays d'accueil, des supporters furieux jettent des coussins sur le terrain du stade Azteca en signe de protestation contre un arrêt de jeu et refont de même lors de la finale.

La surprise du tournoi vient très certainement du Japon qui bat la France 3:1 en quarts de finale. Kunishige Kamamoto, qui inscrit sept des neufs buts nippons, est le meilleur buteur de la compétition. Après l'avoir emporté en demi-finales après tirage au sort, la Bulgarie marque en premier mais les Hongrois se montrent ensuite les plus forts grâce aux deux buts d'Ivan Menczel et d'Antal Dunai inscrits en une minute à la fin de la première mi-temps.

Le jeu se détériore subitement lorsque l'arbitre Diego DeLeo exclut l'attaquant bulgare Tzevan Dimitrov pour jeu brutal. Atanas Christov tire alors sur DeLeo puis est à son tour renvoyé au vestiaire. Kiril Ivkov connaît le même sort et la Bulgarie est contrainte de jouer à huit tandis que des supporters bombardent à nouveau le terrain de coussins. Les Hongrois remportent le match haut la main 4 buts à 1. Juhasz et Dunai sont une fois encore à l'origine des buts de seconde période dans un Stade Azteca comble, avec 75 000 spectateurs.

Fait intéressant, le défenseur magyar Deszo Novak réalise une performance aussi rare qu'unique, celle du seul footballeur ayant gagné trois médailles olympiques, une en bronze aux Jeux de 1960 et deux en or en 1964 et 1968.