Tokyo, 1964

Le comité d'organisation parfait le tournoi en acceptant que les deuxièmes de chacun des groupes se qualifient pour les quarts de finale.

Avant même le coup d'envoi, les Jeux de 1964 sont gâchés par la mort de 328 personnes lors des émeutes qui accompagnent le match de qualification entre le Pérou et l'Argentine à Lima. Cet événement ne semble être que le premier avatar d'une série de contretemps. La RDP Corée, par exemple, se retire des Jeux lorsque certains de ses athlètes et nageurs sont suspendus pour avoir participé à des jeux non agréés.

L'équipe d'Italie décide elle aussi de ne pas se rendre à Tokyo après avoir été accusée d'accueillir plusieurs footballeurs professionnels. Certains membres de l'équipe olympique italienne jouaient en effet pour l'Inter, qui avait vaincu le Real Madrid en finale de la Coupe d'Europe.

Pourtant, la compétition de football connaît de grands moments. Pour la première fois dans l'histoire des Jeux Olympiques, deux équipes africaines, celles du Ghana et de l'Egypte, se hissent en quarts de finale. Les Egyptiens l'emportent sur le Ghana (5:1). Ils sont éliminés en demi-finales sur le score de 6:0 par les Hongrois et les quatre buts de Ferenc Bene.

Mais la véritable performance de Bene est de finir le tournoi avec le nombre record de 12 buts dont 6 inscrits pendant le match de premier tour face au Maroc (6:0). La Hongrie marque également 6 fois lors de la rencontre face à un puissant adversaire yougoslave (6:5) quatre jours plus tard. Tibor Csernai marque alors quatre buts et Bene un. A la mi-temps, le score est de 5:4 pour les Hongrois. Au terme d'une finale olympique plutôt médiocre, les Magyars remportent leur deuxième médaille d'or devant les 65 610 spectateurs du Stade National, battant la Tchécoslovaquie 2:1 grâce à un but du défenseur Vladimir Weiss contre son camp et à un but de Bene .

La RDA remporte sa première médaille de football en gagnant 3:1 le match de classement l'opposant à l'Egypte.