La ruée vers les autres Coupes du Monde de la FIFA
© Foto-net

La dernière ligne droite pour l’organisation des ‘autres’ Coupes du Monde de la FIFA entre 2013 et 2015 est lancée. Les associations désireuses d’accueillir les Coupes du Monde Féminines U-17 et U-20 de la FIFA en 2014, la Coupe du Monde Féminine de la FIFA en 2015 ou les Coupes du Monde U-17 et U-20 de la FIFA en 2013 et 2015, devaient remettre leur dossier de candidature à la FIFA avant le 11 février dernier. Dossier ensuite analysé par le Comité Exécutif qui désignera les pays hôtes de ces compétitions les 2 et 3 mars prochains.

Entre le 14 et le 18 février derniers, des délégations de trois des pays en course pour l’organisation des autres compétitions de la FIFA se sont succédé au siège de l’instance faîtière du football mondial, pour présenter leur dossier. Et par la même occasion, ils ont rencontré le Président de la FIFA Joseph S. Blatter, témoignant de leur détermination.

"Notre entretien avec le Président Blatter s’est très bien passé. Nous avons parlé de notre passion mutuelle pour le sport et de la capacité qu’a le football à changer la vie des gens de manière positive", explique le Ministre des Sports du Canada, M.Gary Lunn. "Nous sommes très confiants quant à nos chances d’accueillir la Coupe du Monde Féminine de la FIFA en 2015. La Fédération canadienne de football a effectué un travail considérable et a tout le soutien du gouvernement. Elément crucial quand on veut accueillir de tels événements", ajoute-t-il.

"En outre, le football féminin connaît un essor considérable au Canada. Notre équipe féminine se montre actuellement très performante. Elle vient de remporter la Gold Cup féminine et a gagné plusieurs places au classement FIFA. C’est de bon augure avant la Coupe du Monde 2011 en Allemagne, et pourquoi pas la Coupe du Monde chez nous au Canada en 2015."

La Nouvelle-Zélande, organisatrice de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA en 2008, souhaite renouveler cette belle expérience en accueillant la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2015. "Organiser cette compétition en 2008 nous a donné beaucoup d’assurance. L’image du football féminin s’est considérablement améliorée et fait désormais partie des activités importantes chez les jeunes femmes", atteste Michael Glading, le secrétaire général de la fédération néo-zélandaise de football.

"L’équipe de Nouvelle-Zélande a réalisé une performance honorable lors de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. Cela a suscité un intérêt conséquent chez beaucoup de jeunes dans le pays. Accueillir la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2015 ne ferait que l’accentuer", ajoute-t-il.

"De plus, la prochaine Coupe du Monde de rugby aura lieu en Nouvelle-Zélande en septembre, et a permis un certain développement au niveau des infrastructures dans le pays. Par conséquent, organiser le tournoi serait largement à notre portée", conclut-il.

Être hôte d’une compétition de la FIFA est l’opportunité pour certains pays de se révéler au monde entier. Le but est aussi d’engendrer des retombées positives au niveau du développement du football, de l’éducation et des infrastructures.

À l’instar de l’Ouzbékistan, candidat à l’organisation de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA en 2012, la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2013 et la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA en 2014. "C’est un honneur pour l’Ouzbékistan d’être candidat à l’organisation des autres Coupes du Monde de la FIFA. Si nous étions désigné comme pays hôte d’une de ces compétitions, ce serait un rêve qui deviendrait réalité pour notre nation", déclare Alisher Nikimbaev, représentant de la Fédération ouzbek de football.

"Nous n’avons pas l’habitude d’organiser des compétitions internationales mais nous sentons que le moment opportun est enfin arrivé. Nous souhaitons commencer à organiser ces autres compétitions de la FIFA avant de pourquoi pas, un jour, organiser la Coupe du Monde de la FIFA et d’autres tournois majeurs. Nous sommes fiers de notre dossier de candidature. Nous avons réalisé un travail immense. De plus, nous avons un soutien de poids en la personne d’Isolm Karimov, le Président de la République d’Ouzbékistan", assure-t-il.

"En ce moment, le développement du football dans le pays progresse. Quatre stades sont en construction et notre football se porte à merveille. Notre équipe nationale a fini pour la première fois de l’histoire à la quatrième place de la Coupe d’Asie. Tous ces éléments sont assez porteurs d’espoir", croit Nikimbaev. Verdict les 2 et 3 mars prochains à Zurich.