En finale du Championnat Féminin U-16 de l'AFC 2015 à Wuhan, en RP Chine, la RDP Corée a battu le Japon 1:0 grâce un but de Ri Hae-yon. Les joueuses dirigées par Hwang Yong-song soulèvent donc de nouveau un trophée continental qu'elles s'étaient adjugé pour la première fois en 2007.

La RDP Corée et le Japon se retrouvaient pour la troisième fois consécutive en finale de l'épreuve. Les Nipponnes se sont procuré la première occasion franche, sous la forme d'une frappe sur la barre de l'attaquante Hana Takahashi, cinq minutes avant la pause. Mais une minute plus tard, c'est la RDP Corée qui ouvre la marque. L'avant-centre Ri donne le tournis à son adversaire directe, avant de déclencher une frappe enroulée du gauche, qui termine dans la lucarne droite du but japonais.

Transcendées par cette ouverture du score, les Nord-Coréennes prennent le jeu à leur compte dès le retour des vestiaires et vont dominer toute la deuxième période. La défenseuse Choe Un-chung dépose un coup franc sur la transversale et dans les ultimes instants Ri, inarrêtable dans cette finale, voit l'une de ses nombreuses tentatives repoussée par un montant. Après les finales perdues contre le Japon en 2011 et 2013, la troisième fois a été la bonne pour la formation entraînée par Hwang. "Je suis très heureux de notre victoire dans ce championnat", commente le sélectionneur vainqueur. "Nous avions fait match nul avec le Japon en phase de groupes. Par conséquent, nous savions à quoi nous attendre. J'avais dit aux filles d'essayer de contrôler un peu plus le match. À la pause, je leur ai dit de poursuivre sur le même rythme, jusqu'à la dernière minute. C'est la clé de notre victoire. Nous n'avons rien lâché, à aucun moment."

En route pour la Jordanie
Le tournoi asiatique, qui réunissait huit équipes, a également fait office d'épreuve qualificative pour la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Jordanie 2016. Avec seulement deux billets disponibles pour le Mondial, la concurrence s'annonçait féroce. Elle l'a été. Après tout, pas moins de trois anciens pays champions du monde U-17 étaient présents en RP Chine : la RDP Corée (Nouvelle-Zélande 2008), la République de Corée (Trinité-et-Tobago 2010) et le Japon (Costa Rica 2014 et champion du monde en titre).

En phase de groupes, les futures finalistes étaient dans la poule de l'Ouzbékistan et de Chinese Taipei. Lors des deux premières journées, le Japon et la RDP Corée ont fait respecter la hiérarchie en s'imposant à chaque fois contre les Ouzbèkes et Chinese Taipei. Lors de l'ultime journée du groupe, Sung Hyang-sim a ouvert le score pour les Nord-Coréennes, Takahashi égalisant pour le Japon. Ce score de 1:1 ne bougera plus et les deux équipes ont donc terminé à égalité en tête de leur poule, avec sept points, mais une meilleure différence de buts pour les Nipponnes.

Les demi-finales avaient chacune un goût de finale avant la lettre, puisque les deux vainqueurs allaient automatiquement valider leur billet pour la Coupe du Monde Féminine U-17. La RDP Corée avait rendez-vous avec la RP Chine, invaincue jusque-là et première de sa poule à l'issue de la phase de groupes. Le Japon, de son côté, devait affronter la Thaïlande, équipe surprise du premier tour après avoir écarté la République de Corée en la battant 1:0. Si les Japonaises n'ont eu aucun mal à passer l'obstacle thaïlandais (8:0), les Nord-Coréennes ont beaucoup plus souffert face aux Chinoises, avec à la clé une victoire étriquée (2:1). Aux deux nations asiatiques qualifiées pour la Coupe du Monde Féminine U-17 s'ajoutera une troisième, à savoir la Jordanie, automatiquement qualifiée en tant que pays hôte.

"C'est un grand plaisir de retrouver la Coupe du Monde U-17", poursuit Hwang, impatient de vivre la cinquième participation de la RDP Corée à l'épreuve mondiale. "Nous ferons tout notre possible pour apporter encore du bonheur à notre pays, comme nous l'avons fait aujourd'hui."

Stars en herbe
Avec quatre buts inscrits, dont un doublé face à la RP Chine, Ri a terminé meilleur buteuse de la RDP Corée, à égalité avec la milieu de terrain Kim Pom-ui. Pendant toute l'épreuve, l'attaquante a brillé par ses courses efficaces et son réalisme devant le but. Elle a été élue meilleure joueuse du tournoi. Takarada a elle aussi impressionné par son sens du but et sa vision du jeu. La Japonaise a marqué trois buts en autant de matches, y compris celui de l'égalisation contre la RDP Corée. Dans les rangs japonais toujours, la capitaine Fuka Nagano s'est distinguée par ses qualités de leader, sachant toujours motiver ses coéquipières le moment voulu.

Battue de justesse en demi-finale, la RP Chine a vu le billet qualificatif pour Jordanie 2016 lui échapper de peu. L'équipe est largement composée des joueuses qui avaient remporté le Tournoi Olympique de Football Féminin aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, Nanjing 2014. Entraînées par la légendaire Gao Hong, les Chinoises ont d'abord tenu en échec la République de Corée, avant de s'imposer largement face à l'Iran et à la Thaïlande, s'ouvrant ainsi les portes des demi-finales comme vainqueurs de leur groupe. L'attaquante Wang Yanwen a terminé la compétition en tête du classement des buteuses avec six unités, tandis que ses coéquipières Jin Kun et Ma Xiaolan, qui avaient toutes les deux brillé à Nanjing 2014, ont inscrit trois buts chacune.

"Ce tournoi a été une merveilleuse opportunité pour les joueuses de continuer leur développement", assure Gao, gardienne de la RP Chine finaliste de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, États-Unis 1999™. "Les filles ont progressé de match en match. Elles ne sont vraiment plus très loin du niveau des meilleures équipes. Mais pour y parvenir, il y a encore quelques erreurs à corriger. C'est là que se trouve notre marge de progrès."