L'UEFA EURO Féminin U-17 débute ce 4 mai à Minsk, en Biélorussie. Huit équipes s'y disputent les trois derniers billets en jeu pour la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, qui aura lieu en Jordanie du 30 septembre au 21 octobre 2016.

Le Groupe B met notamment aux prises l'Espagne et l'Allemagne, les deux favoris de la compétition. En huit éditions du championnat d'Europe, ces deux poids lourds de la catégorie l'ont emporté sept fois. Lors de la dernière Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, en 2014 au Costa Rica, les Rojitas se sont en outre hissées jusqu'en finale avant de succomber face au Japon.

Depuis que cette épreuve a vu le jour en 2008, la France est la seule représentante du Vieux Continent à avoir pu monter sur la plus haute marche du podium, en 2012. Pour le reste, c'est à chaque fois l'Asie qui a fait valoir sa supériorité par le Japon, la République de Corée (2010) et la RDP Corée (2008). Le but de cet UEFA EURO Féminin U-17 est ainsi de déterminer quelles nations seront chargées d'aller rééquilibrer ce bilan en Jordanie. FIFA.com détaille les forces en présence.

L'Angleterre en verve
Dans le Groupe A, l'Angleterre et la Norvège ont la faveur des pronostics face à la Serbie, nouvelle venue dans l'épreuve, et la Biélorussie, le pays hôte. Les Lionesses pourront notamment compter sur leur force de frappe. En six matches de qualification, elles ont trouvé le chemin des filets à 38 reprises. Le sélectionneur John Griffiths a l'embarras du choix sur le front de l'attaque avec Alessia Russo (9 buts), Georgia Stanway (9) et Niamh Charles (5). L'expérience ne devrait pas non plus faire défaut aux Anglaises, qui ont participé aux trois précédentes phases finales du rendez-vous continental.

La Norvège présenteune équipe compétitive, dont Sophie Haug est la plaque tournante. La milieu de terrain a également terminé meilleure buteuse du Tour Élite avec quatre réalisations. La Norvégienne partage cet honneur avec Allegra Poljak, principal atout d'une Serbie qui tentera de créer la surprise. Poussées par leur public, les Biélorusses rêvent pour leur part d'un exploit.

Une hiérarchie bien établie
"Intéressant, mais compliqué." Voilà comment la sélectionneuse allemande Anouschka Bernhard juge le Groupe B.Les Allemandes se préparent à y affronter la République tchèque,qui honore sa première participation, l'Italie, mais aussi et surtout l'Espagne, tenante du titre. Cela n'empêche pas l'Allemagne de débarquer en Biélorussie avec l'intention de décrocher un cinquième sacre européen et une qualification pour la Jordanie. Tout autre résultat constituerait un échec, ce dont Bernhard est consciente : "Dans le football féminin, les succès des équipes d'Allemagne sont presque une tradition. Les filles le savent. Elles sont très motivées et veulent à tout prix gagner".

Le choc entre l'Espagne et l'Allemagne est prévu dès la première journée. Les Espagnoles se reposent principalement sur une défense bien organisée ainsi que sur le talent de l'attaquante Lorena Navarro, qui compte parmi les meilleures buteuses de la saison. La sélectionneuse Toña Is indique la marche à suivre au micro de FIFA.com : "Mon objectif principal, c'est de rejoindre les demi-finales, parce que c'est la seule façon de rester en course pour la Coupe du Monde. C'est comme cela que nous devons voir les choses. Il est plus important d'aller en Jordanie que de défendre notre couronne". L'Italie et la République Tchèque occupent quant à elles le rôle d'outsiders. Grâce à leur solide défense emmenée par les sœurs Kamila et Michaela Dubcová, les Tchèques pourraient poser quelques problèmes à leurs adversaires. 

Les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour les demi-finales et les vainqueurs de celles-ci obtiennent automatiquement une place pour Jordanie 2016. Le troisième et dernier représentant de la zone UEFA sera connu à l'issue du match pour la troisième place, le lundi 16 mai.

Composition des groupes
Groupe A : Biélorussie (pays hôte), Serbie, Angleterre, Norvège
Groupe B : Italie, République Tchèque, Allemagne, Espagne (tenante du titre)