Un séminaire régional sur le développement du football féminin a eu lieu du 17 au 20 mai en Jordanie dans le cadre du programme d’héritage de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Jordanie 2016. Centré sur l’Asie de l’Ouest, ce séminaire a rassemblé pendant trois jours secrétaires généraux, directeurs techniques et responsables du développement du football féminin de Bahreïn, de la Jordanie, de la Palestine, du Liban, de la Syrie, de l’Irak, d’Oman et de l’Iran, ainsi que des représentants de la FIFA, de l’AFC, de la Fédération d’Asie de l’Ouest de Football et du Comité organisateur local (COL) de la Coupe du Monde Féminine U-17.

Ce rendez-vous s’est tenu dans un contexte de changement profond au sein de la FIFA et du football mondial. La participation des filles et des femmes à tous les échelons de la discipline est en effet devenue une priorité pour la FIFA, ses associations membres et ses confédérations.

De nombreux sujets ont été abordés, dont le statut, le potentiel et l’avenir du football féminin en Asie de l’Ouest, ainsi que la participation, l’approche stratégique, la promotion, le marketing, le football de base et le développement des jeunes et des championnats. Les associations membres ont par ailleurs échangé sur les moyens de hausser le niveau de compétitivité de la région et sur la mise en place de tournois de développement afin d’y accélérer la croissance du football féminin.

Un débat ouvert et passionné a ensuite eu lieu entre des représentants de Bahreïn, de l’Iran, d’Oman, de la Palestine, de la Jordanie et du COL de la Coupe du Monde Féminine U-17. Les participants ont évoqué les différents obstacles culturels, sociaux et politiques se dressant dans la région et la façon dont les personnes impliquées dans le football féminin travaillent pour faire tomber ces barrières. L’organisation de la Coupe du Monde Féminine U-17 par la Jordanie est perçue comme une étape importante dans le développement de la discipline en Asie de l’Ouest et un exemple à suivre pour les autres associations membres.

Vice-présidente en charge du football féminin de la Fédération iranienne de football, Sais Elahe Arab Ameri s’est dite très satisfaite du séminaire et de l’impact qu’il devrait avoir. "Ça nous a permis de nous rassembler, entre différents pays d’Asie de l’Ouest, et de nous rapprocher, de partager nos connaissances et notre expérience et de discuter ouvertement des problèmes auxquels nous devons faire face", décrit-elle. "C’était impressionnant de voir que ce séminaire était organisé et mené par des femmes, intervenantes et expertes. Elles nous ont fourni beaucoup d’informations. C’était ainsi important pour l’Iran d’apprendre comment développer un championnat féminin compétitif. Je souhaite organiser un séminaire comme celui-ci à mon retour en Iran", poursuit-elle. "Je pourrais alors partager ce que j’ai appris avec mes collègues, des entraîneurs et nos équipes nationales."

Un champion du monde en visite
Le séminaire aura également été une source d’inspiration, à travers les témoignages marquants des représentants de la Syrie, de l’Irak, de la Palestine et du Yémen, où des programmes significatifs sont en place malgré les difficultés évidentes auxquelles ces nations sont confrontées. "Je souhaite que les décideurs de mon pays puissent comprendre le rôle que les femmes ont à jouer dans le football pour une société plus juste et diversifiée", plaide Safa Abdallah Al-Shaoubi, responsable du football féminin yéménite. "Les échanges et les présentations ont été très utiles", ajoute-t-elle. "La FIFA, l’AFC et les instructeurs m’ont donné quelques idées sur la façon de développer le football féminin au Yémen si jamais j’ai l’opportunité d’aller de l’avant."

La sélection nationale féminine jordanienne U-17 a par ailleurs reçu la visite surprise d’un champion du monde, Mesut Özil, milieu de terrain d’Arsenal et de l’Allemagne. Le séminaire s’est refermé par une table ronde portant sur l’héritage de la Coupe du Monde Féminine U-17, Jordanie 2016. Les associations membres ont adressé à la FIFA et à l’AFC leurs recommandations pour soutenir le football féminin et créer une vision commune pour la discipline en Asie de l’Ouest.

Le COL a officiellement incité les associations de la région à recommander leur personnel féminin souhaitant occuper différents postes à responsabilité pendant le tournoi. Leurs sélections nationales respectives ont également été invitées à assister à certains matches. La FIFA organisera pendant la Coupe du Monde Féminine U-17 un atelier régional à destination des entraîneurs impliqués dans le football féminin. Ces derniers auront l’opportunité d’observer et d’analyser les rencontres, tout en recevant les conseils avisés des instructeurs de la FIFA.

Ces événements sont tous organisés dans le cadre de la stratégie de développement de la FIFA pour le football féminin, afin d’enrichir l’héritage de Jordanie 2016.