L'Irak a écrit une nouvelle page d'histoire en remportant pour la première fois le Championnat d'Asie U-16 de l'AFC. Ce 2 octobre, en Inde, les jeunes Lions de Mésopotamie se sont imposés en finale face à l'Iran, aux tirs au but (0:0, 4 tab 3). Invaincus depuis le début de la compétition, les protégés de Qahtan Chitheer ont conclu en beauté un parcours mémorable.

La finale elle-même s'est révélée indécise, tant les deux équipes ont multiplié les occasions. Les Irakiens sont ainsi passés tout près de prendre un avantage décisif à plusieurs reprises. L'attaquant Mohammed Dawood s'est particulièrement signalé, expédiant notamment une frappe sur la transversale à l'heure de jeu. Les deux finalistes ayant été incapables de faire la différence dans le temps réglementaire, le titre s'est joué aux tirs au but, le règlement du tournoi ne prévoyant pas de prolongation. Dans ce contexte tendu, Dawood a de nouveau endossé le costume de héros en transformant le penalty décisif.

"Nous avons dû faire face à une pression terrible aujourd'hui", a confié le sélectionneur Chitheer. "Mais nous avons su saisir notre chance. Globalement, nous avons livré un très bon match. Nous avons gagné et je tiens à féliciter mon équipe et l'ensemble du peuple irakien. Il va maintenant falloir se remettre à travailler en vue de la Coupe du Monde U-17 2017."

En accédant au dernier carré de l'épreuve continentale, l'Irak, l'Iran, le Japon et la RDP Corée ont validé leur billet pour le grand rendez-vous mondial de la catégorie qui aura lieu du 15 septembre au 2 octobre 2017. Qualifiée d'office en tant que pays hôte, l'Inde complète ce quintette, de sorte que le continent le plus peuplé de la planète comptera pour la première fois cinq représentants en phase finale.  

En guise d'entrée en matière, l'Irak a inversé une situation compromise pour s'imposer 2:1 devant la République de Corée. Malgré deux nuls concédés à la Malaisie et à Oman, les jeunes Lions de Mésopotamie se sont adjugés la deuxième place du groupe, synonyme de qualification pour les quarts de finale. Ils ont ensuite pris le meilleur sur l'Ouzbékistan (2:0) puis sur le Japon (4:2) en demi-finales.

De son côté, l'Iran est parfaitement entré dans la compétition en sortant en tête d'un groupe relevé, où figuraient également l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et l'Inde. Sur sa lancée, l'équipe entraînée par Abbas Chamanyan n'a ensuite fait qu'une bouchée du Viêt-Nam en quarts de finale (5:0), avant de s'imposer aux tirs au but devant la RDP Corée.

Le Japon n'a, quant à lui, pas su tenir les promesses entrevues en phase de groupes. Les Nippons avaient pourtant parfaitement débuté en écrasant le Viêt-Nam (7:0) et l'Australie (6:0) d'entrée. Un succès plus étriqué contre les EAU (1:0) leur a ouvert les portes des demi-finales, mais les jeunes Samouraïs Bleus n'ont pas su résister au retour des Irakiens.

Enfin, la RDP Corée a construit sa qualification pour sa cinquième Coupe du Monde U-17 sur ses valeurs traditionnelles, faites d'abnégation et de détermination. Les protégés de Yun Jong Su ont dû se contenter de la deuxième place de leur groupe, derrière l'Ouzbékistan. Au tour suivant, une victoire aux tirs au but devant Oman leur a cependant suffi pour remplir leur objectif.

Sous les ordres de l'Allemand Nicolai Adam, l'Inde a réussi un coup d'éclat en arrachant le nul (3:3) à l'Arabie Saoudite. Malheureusement, une défaite face aux EAU l'a condamnée à occuper la dernière place du groupe. Au-delà des résultats, les Indiens ont montré des progrès encourageants sur le plan du jeu. À un an de la Coupe du Monde U-17, ils peuvent légitimement espérer franchir un nouveau palier et faire bonne impression devant leurs supporters.  

Stars en devenir
Régulièrement, le Championnat d'Asie U-16 donne l'occasion à de jeunes espoirs de se faire un nom. Meilleur buteur du tournoi, l'Irakien Dawood est aussi reparti avec le titre de Meilleur Joueur. Le jeune attaquant a débuté sa moisson à l'occasion du nul (1:1) contre Oman, en clôture de la phase de groupes. Il s'est ensuite offert un doublé contre l'Ouzbékistan, avant de réussir un triplé aux dépens du Japon. "C'est un très bon footballeur, qui étudie soigneusement le jeu de ses adversaires", note Chitheer. "Il a beaucoup de talent et il est aussi à l'aise à droite qu'à gauche."

Le milieu de terrain iranien Mohammed Ghaderi s'est lui aussi illustré en terminant meilleur buteur de son équipe (3 buts). Cet ailier gauche de poche a fait admirer son sens du dribble et du placement en prenant régulièrement les défenses adverses à revers. Kye Tam (RDP Corée) s'est, quant à lui, imposé comme l'un des joueurs les plus réguliers de la compétition. Suspendu pour le premier match de son équipe, le jeune prodige s'est rattrapé en signant un triplé contre la Thaïlande (4:1). On lui doit en outre l'égalisation face à l'Iran lors de la demi-finale perdue aux tirs au but.  

Enfin, le Japonais Takefusa Kubo se savait attendu au tournant dans ce tournoi, suite à son passage au FC Barcelone. Le jeune homme a relevé le défi en réalisant deux doublés, contre le Viêt-Nam et le Kirghizistan. Son talent balle au pied, sa vision du jeu et ses frappes redoutables font de lui l'un des grands espoirs du football asiatique. La Coupe du Monde U-17 2017 pourrait bien lui fournir l'occasion de consolider encore sa réputation.