• L'Anglais Curtis Anderson décisif à double titre durant les tirs au but
  • Seulement deux buts encaissés en quatre matches
  • Quart de finale contre les États-Unis : "Nous serons prêts"

D'ordinaire, l'Angleterre n'apprécie guère les tirs au but. Depuis 1990, les Trois Lions ont participé à six séances de tirs au but dans de grandes compétitions internationales. Cinq fois, l'expérience s'est achevée dans les larmes. Aucune autre équipe au monde n'a connu une série aussi noire. Durant la Coupe du Monde de la FIFA 1990™ et l'UEFA EURO 1996, le bourreau des Anglais avait pour nom l'Allemagne. En 1998, c'est l'Argentine qui s'est dressée en travers de leur route. Enfin, le Portugal a bénéficié des faiblesses anglaises dans l'exercice en 2004 et 2006.

Rien d'étonnant donc à ce que Steve Cooper, le sélectionneur anglais, se soit exclamé, à l'issue de la prolongation du huitième de finale de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 contre le Japon : "Oh, non !" Mais très vite, le technicien anglais s'est rassuré. "Mes joueurs sont préparés à toutes les éventualités. Nous avons toujours un plan de secours... y compris en cas de tirs au but. Dans le football international de haut niveau, on ne peut pas se permettre de se laisser surprendre", confiait-il après la rencontre

Double responsabitilé
Le gardien de but Curtis Anderson a enfilé le costume de sauveur pour propulser son équipe en quart de finale. Le portier anglais s'est interposé sur la troisième tentative japonaise, celle du malheureux Hinata Kida, avant de transformer son propre essai d'une frappe à ras de terre. "Je n'hésite pas à prendre mes responsabilités", confiait le dernier rempart des Trois Lions dans les couloirs du stade Vivekananda Yuba Bharati Krirangan. "Ça me paraît tout à fait normal. Mais je n'ai aucune intention de tirer un penalty dans le temps réglementaire !"

À en croire l'intéressé, le bilan catastrophique de son pays dans cette épreuve n'est absolument pas entré en ligne de compte au moment de décider de l'issue de la rencontre face au Japon. Il s'est simplement posté sur sa ligne, concentré, avant de "choisir un côté. Il faut toujours un peu de réussite pour s'interposer."

Le joueur de 17 ans affiche une confiance à tout épreuve, mais comment pourrait-il en être autrement ? Avec deux buts encaissés en quatre matches - lors de la victoire 3:2 sur le Mexique -, les Anglais possèdent l'une des meilleures défenses du tournoi. Et si cela ne suffit pas pour gagner des matches, et qu'il faut aller jusqu'à l'épreuve des tirs au but, l'Agleterre n'a désormais plus besoin d'avoir peur des statistiques du passé.