La Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 entre dans sa dernière ligne droite : 48 des 52 affiches au programme ont déjà été disputées. Désormais, seuls le Brésil, l'Angleterre, le Mali et l'Espagne peuvent encore espérer soulever le trophée. Mais les joueurs ne sont pas les seuls à préparer activement ces ultimes échéances ; les arbitres aussi travaillent d'arrache-pied. 

"Nous sommes très satisfaits des récentes performances. Nous espérons que la tendance va se confirmer lors des prochains matches. Nous sommes également ravis de voir qu'aucune blessure n'est à déplorer parmi l'ensemble des membres du corps arbitral", résume Massimo Busacca, responsable de l'arbitrage de la FIFA, le 23 octobre à Kolkata.

"Toutefois, ces excellentes nouvelles ne doivent rien à la chance. Ils sont le résultat de l'entraînement que nous effectuons au quotidien depuis trois semaines. Le jeu est particulièrement rapide dans ce tournoi, en raison de la présence de footballeurs de très haut niveau. Les arbitres doivent donc être en mesure de suivre le rythme. Mais ce n'est pas tout. Il ne suffit pas de courir vite. Il faut aussi procéder à une analyse tactique, afin de bien comprendre les équipes auxquelles nous avons affaire. Les arbitres doivent avoir une idée de ce qui se passe avant même que la balle arrive à destination. Mais malgré cela, je le dis souvent : 'Les erreurs, ça arrive. Ça prouve que nous sommes humains'."

La dernière journée de la phase de groupes a, par ailleurs, été l'occasion d'un événement marquant. En effet, la Suissesse Esther Staubli est devenue la première femme en noir à officier durant Inde 2017 à l'occasion du mach entre le Japon et la Nouvelle-Calédonie.

"Depuis que j'ai rejoint la FIFA en 2011, j'ai toujours dit qu'il fallait collaborer et partager nos idées. Les arbitres féminines ont énormément progressé. Toutefois, l'expérience leur fait parfois défaut, ce qui est bien naturel. Je crois que leur présence ici constitue un grand pas en avant. Nous avons ouvert une porte. Nous avons fait passer un message en Inde. Je pense que cette expérience sera profitable à tout le monde. Il faut maintenant donner un maximum de chances à nos collègues féminines de continuer à avancer."

Busacca à propos de...
... l'Inde en tant que pays hôte :
"Je n'avais encore jamais vu autant de monde dans les stades pour la Coupe du Monde U-17. C'est formidable. L'Inde se passionne aussi pour le football et pas uniquement pour le cricket. L'équipe nationale a bien joué, même si les résultats n'ont pas été au rendez-vous. C'est certainement de bon augure pour la suite. En tout cas, le pays a prouvé qu'il était capable d'organiser une Coupe du Monde. Nous remercions l'Inde de son accueil et de nous avons offert ces grands moments de football."

... le niveau de l'arbitrage en Inde :
"Un groupe d'arbitres indiens a passé une semaine avec nous. Ils ont pu se faire une idée de la façon dont nous travaillons. Ils se sont montrés très reconnaissants. À eux maintenant de tirer profit de cette expérience. Ils savent ce qu'ils ont à faire et c'est certainement une grande motivation. Pour le moment, ils manquent peut-être un peu d'expérience, mais ça viendra. Personnellement, je suis convaincu que, d'ici quelques années, un arbitre indien sera en mesure d'officier dans un tournoi FIFA."