HEADLINE – Campbell : "L'Inde a un lien avec le football"

L'ancien défenseur de l'Angleterre Sol Campbell, aujourd'hui âgé de 43 ans, a porté 73 fois le maillot des Three Lions de 1996 à 2007, participé à trois éditions de la Coupe du Monde de la FIFA™ et disputé en Premier League plus de 400 matches sous les couleurs de grands clubs comme Arsenal et Tottenham.

Dans le cadre de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017, Campbell occupe un tout autre rôle : il analyse désormais ce qui se passe sur le terrain pour le compte du Groupe d'Étude Technique (TSG) de la FIFA. À l'occasion d'un entretien avec FIFA.com, il livre ses impressions sur le tournoi.

Sol Campbell, que pensez-vous du niveau de cette Coupe du Monde U-17 de la FIFA ?
Le niveau et la qualité sont très élevés jusqu'à présent. Les joueurs n'ont que 16 ou 17 ans. Il ne faut pas l'oublier. On a vu beaucoup de bonnes choses lors des demi-finales. Les transitions étaient rapides, le pressing était souvent haut. Les joueurs déploient beaucoup d'énergie. Les équipes veulent le ballon, elles veulent dominer la possession de balle.

Et sur le plan tactique ?

Les joueurs sont déjà très bien formés tactiquement, en particulier dans les équipes européennes. Mais je crois qu'ils recherchent parfois un peu trop les duels. En tout cas, ils n'ont pas du tout peur. C'est bien. Les fans sont certes au rendez-vous dans les stades, mais les joueurs ne sont pas encore sous le feu des projecteurs des médias.

La finale sera 100 % européenne : l'Espagne contre l'Angleterre. Qu'attendez-vous de ce match ?
Ce sera un match équilibré. Ces deux équipes se sont montrées convaincantes dans ce tournoi en Inde. Elles se sont déjà affrontées à l'EURO et cette rencontre-là s'est achevée aux tirs au but. Ce qui montre qu'elles se trouvent sur un pied d'égalité. L'Espagne peut jouer à un rythme élevé et a un solide jeu de passes. L'Angleterre est très organisée et devra donc se comporter habilement. Ce sera le défi pour elle. En tant qu'Anglais, je me réjouis naturellement que l'Angleterre soit en finale. C'est formidable de voir la progression des équipes de jeunes.

Quelle équipe vous a agréablement surpris ?
Pour moi, le Mali a très bien joué, même contre l'Espagne. Les Maliens ont eu beaucoup d'occasions, mais ils manquent de sang-froid dans le dernier tiers du terrain. Sur le plan tactique, les équipes africaines ont un retard à rattraper. Les Espagnols ont montré l'exemple en délivrant la bonne passe au bon moment.

Quel joueur vous a le plus convaincu jusqu'à présent ?
C'est toujours l'équipe qui compte en premier lieu. Sans équipe forte, aucun joueur ne peut briller. Mais dans un tournoi, pour décrocher le titre, chaque sélection a besoin de deux ou trois éléments qui se distinguent. Les Anglais, par exemple, ont Rhian Brewster. Il marque dans toutes les situations. Les Espagnols possèdent également un attaquant très adroit, Abel Ruiz. Ce sera passionnant de voir le match à distance entre ces deux joueurs.

C'est la première fois que l'Inde accueille un tournoi FIFA. Quelle est votre impression sur le pays hôte ?

Beaucoup de gens en Inde ont un lien avec le football et la FIFA a réalisé ici un travail fantastique en leur attribuant cette compétition. Je crois qu'à l'avenir, l'Inde sera sûrement en mesure d'accueillir une Coupe du Monde de la FIFA™. Nous sommes certes dans un pays où le cricket est roi, mais les Indiens pourraient le faire. Le soutien serait au rendez-vous. Il y a plus d'un milliard d'Indiens, je suis donc également certain que l'Inde a le potentiel pour participer un jour à la Coupe du Monde.