• Les U-17 indiens sont fiers d'avoir fait progresser le football de leur pays
  • Après trois défaites de rang, le pays hôte quitte la Coupe du Monde de la FIFA, Inde 2017
  • Pour le sélectionneur Matos, "le processus est en marche."

Lorsqu’elle s’est vu offrir l’occasion d’organiser la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, l’Inde a compris que ce tournoi allait lui permettre de franchir un nouveau cap, tout en donnant au public la possibilité de découvrir sur ses terres le football de haut niveau. Mais évidemment, la tâche semblait immense pour le pays hôte, tant le groupe était relevé, avec la Colombie, le Ghana et les États-Unis.

Si l’enthousiasme et la volonté démontrés par les Indiens au cours des trois matches du Groupe A ont fait la fierté de leurs compatriotes, cela n'aura pas suffi et le pays organisateur a dû quitter "sa" Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2017 après trois défaites d’affilée.

L’aventure est désormais terminée, mais la satisfaction prédomine toutefois chez les Indiens au regard du parcours de la sélection. "J’ai été heureux de participer à la première Coupe du Monde de l’histoire de mon pays",confie le capitaine Amarjit Kiyam à FIFA.com. "Tous ces matches joués ensemble ici ont constitué pour nous une expérience formidable."

Un soutien inconditionnel
Si les trois rencontres disputées par l’Inde ont eu une saveur si particulière, c’est aussi en raison du soutien dont a bénéficié la sélection au sein du stade Jawaharlal Nehru de New Delhi. La ferveur populaire a eu un impact évident sur les performances des joueurs indiens face à leurs adversaires du Groupe A au point de les voir par moments rivaliser dans le jeu, même si l'expérience a fait le différence dans les résultats.

"Le soutien reçu par toute l’équipe à Delhi restera un souvenir inoubliable, jusqu’à la fin de ma vie", confirme Kiyam. "C’était la première fois que la sélection de football était accueillie comme ça, tous niveaux confondus, d’où l’aspect très spécial de ce moment. Je veux remercier tous les fans qui ont fait le déplacement et ont soutenu l’équipe durant les trois matches."

Un processus en marche
Pour le pays, l’organisation de cette Coupe du Monde U-17 de la FIFA s’intègre dans un projet plus large, qui vise à faire de l’Inde une nation de football plus crédible. Cette compétition constitue déjà un excellent point de départ pour conduire le football national vers de nouveaux sommets.

"Il est essentiel que tout le monde en Inde sache que l’apprentissage du football doit commencer dès l'âge de quatre, cinq ou six ans dans toutes les écoles", insiste le sélectionneur Luis Norton de Matos après la défaite 4:0 face au Ghana. "Actuellement, on ne peut pas demander à ces garçons de battre des équipes comme le Ghana ou la Colombie. Cette génération est fabuleuse pour l’avenir, mais notre pays doit commencer par la base pour obtenir des résultats. Le processus est déjà en marche."

Pour le capitaine Kiyam, l’intérêt des Indiens pour le football devrait continuer à grandir. "Nous allons devoir faire les efforts nécessaires pour encore progresser", analyse le milieu de terrain. "Mais le football indien est en train de s'améliorer, et cette tendance est irréversible. Maintenant que les gens ont commencé à regarder des matches et à s’intéresser à notre sport, le football indien ne peut qu’en profiter à moyen ou long terme."