Lors du premier match de l'Angleterre en Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017, Callum Hudson-Odoi a mis la défense du Chili au supplice à l'occasion du net succès (4:0) des Trois Lions. Tantôt à gauche, tantôt à droite et parfois même dans l'axe, l'attaquant a multiplié les gestes techniques pour s'ouvrir le chemin du but. Il ne lui a d'ailleurs fallu que cinq minutes pour ouvrir le score.

FIFA.com a voulu faire connaissance avec lui par le biais d'un rapide jeu de questions/réponses.

L'Angleterre peut-elle décrocher le titre mondial en Inde ?
Sans aucun doute ! Nous avons une bonne équipe, qui ne se limite pas aux onze joueurs sur le terrain. Nous disposons d'un banc très fourni, ce qui pourrait jouer en notre faveur.
 
Vous allez affronter le Mexique. Comment s'y prend-on pour battre un double champion du monde U-17 ?
Nous avons analysé le jeu de nos adversaires, mais quelle que soit l'équipe en face, nous n'avons pas l'intention de changer notre style de jeu.

Êtes-vous satisfait de la victoire 4:0 face au Chili ?
Nous avons livré un match sérieux. Le fait d'ouvrir le score rapidement nous a servi car les Chiliens ont été contraints de prendre davantage de risques. Mais nous avons continué à faire le jeu, indépendamment du score. C’est notre mentalité.

Votre club préféré ?
Chelsea, bien entendu, car j'évolue là-bas depuis longtemps. J'assiste à tous les matches importants de l'équipe première. Je suis vraiment très heureux là-bas.

A Chelsea, avez-vous déjà eu l'occasion de vous entraîner avec les professionnels ? 
J'ai déjà eu l'occasion d'intégrer à plusieurs reprises le groupe professionnel. C'est une expérience précieuse et très motivante. 
 
Votre poste préféré sur le terrain ?
À gauche, à droite ou au centre, ça m'est égal. S'il faut vraiment faire un choix, je dirais au centre. On touche plus souvent le ballon et on a plus d'options pour orienter le jeu.
 
Votre joueur préféré ?
Eden Hazard car il a une façon de jouer qui ressemble à la mienne. C'est mon modèle.
 
Vous êtes arrivé à huit ans à Chelsea. Comment s'est passée votre enfance chez les Blues ?
On apprend beaucoup car on travaille chaque année avec de nouveaux entraîneurs. Une seule chose ne change pas : on nous demande toujours de marquer des buts et de bien conclure nos actions. L'esprit d’équipe tient aussi une place très importante. On ne joue jamais tout seul. Sans le groupe, on n'arrive à rien. C'est une leçon très importante.

Votre geste technique préféré ?
Le petit pont. C'est un classique, mais c'est toujours très excitant.

Quelles sont votre plus grande force et votre plus grande faiblesse ?
Mon sens du dribble reste mon atout principal. Si j'ai un peu de champ, je peux également accélérer le jeu. Sur le plan mental, je suis quelqu'un de très positif et j'ai toujours le sourire aux lèvres. En revanche, je dois encore m'améliorer dans les duels.

Le nouveau FIFA est sorti il y a quelques semaines de cela. Y avez-vous joué ?
Oui, nous jouons souvent à FIFA, y compris ici, en Inde. En général, je choisis Barcelone car les joueurs sont un peu plus forts, dans l'ensemble.
 
Votre numéro a-t-il une signification particulière ?
Non, un numéro est un numéro. C'est un privilège de porter le maillot de l'Angleterre, quel que soit le chiffre inscrit derrière.