• Les joueurs espagnols doivent étudier au moins une heure par jour
  • Nacho, Marc et Diego racontent ces moments
  • Ils comparent un match à un examen et avertissent les plus jeunes

"Le plus difficile entre un examen et un match ? L'examen.... en match, nous prenons du plaisir !" Nacho Díaz rit de sa réponse, tandis que ses coéquipiers Marc Vidal et Diego Pampín acquiescent. Comme tous les joueurs de l'Espagne, ils doivent consacrer au moins une heure par jour à leurs études durant la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017.

"L'objectif pour les jeunes est de perdre le moins d'heures de cours possible lorsqu'ils sont en compétition", justifie l'entraîneur adjoint David Gordo à FIFA.com, lui qui joue le rôle de professeur particulier lors des séances en groupe. "La fédération sait que les joueurs sont dans une phase de formation continue et qu'elle doit s'occuper non seulement de la partie football, mais aussi de l'enseignement général. La présence des joueurs est obligatoire, qu'ils soient à jour ou non dans leurs cours", ajoute-t-il.

"C'est très bénéfique. Sans ça, nous prenons du retard dans les matières au retour de la compétition. Tout le monde a appris des choses sauf nous et c'est  problématique", affirme Nacho qui, tout comme Marc et Diego, est en deuxième et dernière année de lycée, un enseignement post-secondaire qui précède les études universitaires. "C'est parfois difficile de se plonger dans les livres car dans un tournoi aussi important que celui-ci, on ne pense qu'au football. Mais ça permet également de se changer les idées", explique l'attaquant de Villarreal, qui suit des cours du soir lorsqu'il est à Valence.

"L'avantage d'étudier en groupe est que nous nous entraidons. C'est essentiel pour moi car j'ai des difficultés dans toutes les matières", s'amuse Marc, qui côtoie Nacho en club comme en classe. "Ce qui me donne le plus de maux de tête ? Les langues. Ce n'est pas quelque chose qui s'apprend comme ça. C'est tout un processus qui prend du temps", conclut le gardien.

"Lorsque je retourne en cours de chimie, c'est compliqué", confie Diego, avant-centre du Celta Vigo. "Comme je suis le seul à étudier dans ma division, il est impossible de mettre en place un emploi du temps pour moi. Les cours de chimie sont ceux que j'ai le plus manqués pour m'entraîner. Étudier pendant cette compétition est donc très utile pour moi."

Examen contre match

  • "Le stress qu'on ressent avant un examen est sensiblement le même qu'avant un match important." (Nacho)
  • "Le niveau de concentration nécessaire est semblable à celui qu'il faut avoir lorsqu'on est titulaire." (Marc)
  • "Quand je dois apprendre des noms pour un examen, je les imagine dans une composition d'équipe." (Diego)

De possibles études universitaires ?

  • "Quelque chose en lien avec le sport car c'est ce qui me plaît le plus" (Nacho)
  • "Quelque chose dans le sport également, mais plutôt du côté de l'enseignement." (Marc) 
  • "La psychologie m'intéresse et il est possible que je commence l'année prochaine." (Diego)

Pour ces enfants qui souhaitent jouer au football sans étudier...

  • "Une carrière dans le football est très difficile, seuls les meilleurs y parviennent. Les autres doivent trouver une alternative, alors autant faire quelque chose que l'on aime." (Nacho)
  • "Même si on y arrive, c'est une carrière courte. Il faut être prêt à reprendre le cours de sa vie une fois que tout sera terminé." (Marc)
  • "Suivre des cours régulièrement est également un atout dans le football. Le respect des horaires et la discipline demandée nous forment en tant que personnes. C'est le plus important." (Diego).