• Joël Latibeaudièere avait manqué son tir au but en finale de l’UEFA EURO U-17 contre l’Espagne
  • Pour une revanche en finale d’Inde 2017, il portera le brassard de capitaine
  • "C’est un moment qui m’a peut-être rendu plus fort", assure-t-il.

Steve Cooper n’a de cesse de le répéter : "Je crois en mes joueurs". Le sélectionneur de l’Angleterre aurait tort de ne pas le faire, puisque ses protégés sont en finale de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017.

"Je crois en tous mes joueurs, et ma relation avec chacun d’eux est aussi forte dans les bons que dans les mauvais moments. Pas seulement parce que ce sont des bons joueurs, mais aussi parce que ce sont de bons garçons", assure-t-il en conférence de presse 24 heures avant d’affronter l’Espagne. "Joel est l’exemple parfait de la manière dont on veut qu’un joueur de l’Angleterre se comporte, dans les hauts et les bas."

"Joël", c’est Joël Latibeaudière, son capitaine, assis juste à côté de lui devant une cinquantaine de journalistes, et qui baisse timidement la tête en entendant le compliment. "Les hauts", ce sont les six matches durant lesquels le défenseur central a brillé pour atteindre la finale. Quant aux "bas", Cooper fait référence à la finale de l’UEFA EURO 2017 perdue plus tôt dans l’année face à… l’Espagne !

Les Trois Lions avaient mené 1:0 puis 2:1 avant de se faire égaliser à la sixième minute du temps additionnel et de s’incliner aux tirs au but. Deux Anglais avaient manqué leur tentative : Rhian Brewster et Latibeaudière... "Manquer un penalty, c’était évidemment un moment difficile, mais l’équipe m’a énormément soutenu", se souvient le joueur de Manchester City. "Mais c’est un moment qui a peut-être fait de moi un meilleur joueur aujourd’hui. Je me sens plus solide mentalement."

"Ça l’a rendu plus fort", répond en écho son sélectionneur qui, malgré la mésaventure en finale continentale, n’a aucune appréhension si le sort de la finale devait se joueur aux tirs au but.

  • L’Angleterre et les penalties en Inde :
    Une qualification aux tirs au but en huitième de finale contre le Japon
    - Un penalty accordé, et transformé par Rhian Brewster
    - Une philosophie : "Les penalties, c’est une part du football international. C’est quelque chose dont les joueurs et le staff doivent faire l’expérience. C’est une pièce du puzzle, et une partie de la performance globale. La seule chose qu’on peut faire, comme pour chaque autre aspect du jeu, c’est d’y être préparé, savoir comment on peut surmonter l’obstacle. Si ça doit arriver demain, nous serons prêts. Si ça doit arriver plus tard, au prochain tournoi, nous le serons aussi." - Steve Cooper

Mais dans le camp anglais, hors de question de se focaliser sur la douloureuse conclusion de la finale perdue en Croatie contre la Rojita. "On a appris beaucoup de ce match, et quand on regarde en arrière, on est fier de la manière dont on a joué et de ce qu’on a accompli, car on a été au même niveau. Mais c’est du passé", assure le capitaine britannique. "On ne regarde jamais en arrière. On ne regarde que ce qui est devant nous", enchaîne Cooper.

Et si face à l'Espagne, Latibeaudière se retrouve sur le point blanc à onze mètres du gardien, il ne regardera que devant lui. Peut-être apercevra-t-il, se dessinant derrière le but, la silhouette de la revanche et d’une victoire en Coupe du Monde…