• Paulinho est l’une des figures de proue de la sélection brésilienne en Inde
  • Il a signé deux buts et deux passes décisives lors du Championnat d’Amérique du Sud
  • Il a fait ses débuts avec l’équipe première de son club à 16 ans

Polyvalent. L'adjectif convient à merveille pour décrire le Brésilien Paulinho, qui a l’intention de briller lors de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017. Pour s’en convaincre, il suffit de revoir quelques-unes des merveilles qu’il a réalisées lors du Championnat d’Amérique du Sud : passe décisive après un débordement en position d’ailier droit, finition toute en finesse dans un rôle d’avant-centre, boulet de canon expédié du pied droit depuis l’extérieur de la surface, intervention défensive côté gauche pour couper une contre-attaque adverse...

"Je suis attaquant, mais j’ai aussi joué latéral et milieu de terrain, ce qui explique ma polyvalence", explique l’intéressé au micro de FIFA.com. "Le fait d’avoir occupé différents postes m’a apporté un plus en termes de vision du jeu. Cela me permet d’aider l’équipe, quel que soit le poste où l’entraîneur me place."

La fiche

  • Nom complet : Paulo Henrique Sampalio Filho
  • Date de naissance : 15 juillet 2000
  • Un hobby : "Les jeux vidéo avant les matches. Ça me détend et ça m’aide à me concentrer"

Paulinho s’est affirmé comme une pièce maîtresse d’une sélection brésilienne qui a réalisé un parcours quasi-parfait lors du tournoi qualificatif au Chili en prenant 23 des 27 points mis en jeu sur la route de son titre sud-américain. "On sait qu’on a réussi une compétition merveilleuse et que le groupe qui se retrouve ici est quasiment le même. Mais ça fait partie du passé. On a tourné la page. On a travaillé dur pour proposer ici un football de meilleure qualité encore", ajoute le joueur depuis Cochin, où le Brésil va entrer en lice contre l’Espagne ce samedi 7 octobre.

Le groupe canarinho est "quasiment le même", effectivement, mais il devra composer avec un absent de marque : Vinicius, meilleur buteur et joueur du Championnat d’Amérique du Sud, que son club de Flamengo n’a pas libéré. Paulinho préfère se concentrer sur des valeurs collectives, en mettant l’accent sur le fait que les joueurs se côtoient depuis les U-15. "On se connaît très bien. On a déjà disputé cinq compétitions ensemble. C’est important d’aborder cette Coupe du Monde avec ce niveau de complicité."

Le statut de favori
"Le travail que l’on a réalisé ces deux dernières années est reconnu, ce qui représente un point positif. Le point négatif, c’est que les équipes adverses nous étudient et nous connaissent davantage."

L’entrée en lice contre l’Espagne
"C’est un match entre deux grandes sélections qui comptent et qui ont remporté leurs championnats continentaux. Ça va nous permettre, à eux comme à nous, de nous situer dans cette compétition. C’est notre premier match, donc notre première finale."

La stat
2 - C’est le nombre de buts marqués et de passes décisives données par Paulinho au cours du Championnat d’Amérique du Sud au Chili. Il a débuté huit des neuf rencontres du Brésil dans cette compétition.

Paulinho hier et aujourd’hui

  • Sa passion pour le ballon rond : "Mon père a toujours aimé le football. Il m’emmenait jouer tout le temps. J’ai commencé à l’âge de sept ans et ma passion pour ce sport a grandi très rapidement".
  • Ses débuts avec Vasco da Gama : "J’ai été comblé de réaliser mes débuts avec mon club à 16 ans. Deux semaines plus tard, j’ai marqué mes premiers buts. C’est un rêve qui se réalise, pour moi comme pour ma famille, mais je veux aller encore plus loin."