LE FILM DE LA JOURNÉE - Après la deuxième journée du Groupe D, le Brésil s’est qualifié pour le deuxième tour de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 grâce à son succès sur la RDP Corée qui, est toujours en vie malgré ses deux défaites. Dans le même groupe, l’Espagne s’est remise de sa défaite initiale en disposant du Niger, beaucoup moins inspiré que pour ses débuts mondialistes victorieux.

Dans le Groupe C, le Costa Rica peut être frustré d’avoir mené deux fois pour ne prendre qu’un point, mais au vu de la domination guinéenne, ce nul est miraculeux, même s’il n’arrange aucune des deux équipes. Il fait en revanche les affaires de l’Iran, qui se qualifie pour le deuxième tour en créant une surprise de taille contre l’Allemagne. Autre conséquence des résultats du jour, les Etats-Unis sont assurés d’être présents en huitièmes de finale, en étant au minimum parmi les meilleurs troisièmes.

Les matches
Groupe C
Costa Rica 2:2 Guinée
Iran 4:0 Allemagne

Groupe D
Espagne 4:0 Niger
RDP Corée 0:2 Brésil

Suivez les matches
#U17WC sur : FIFA.com | Twitter | Facebook | Instagram

À retenir

1. Grand écart, 1ère partie : Difficile de dire quelle est la statistique la plus impressionnante chez les Guinéens. Les 39 centimètres qui séparent le joueur le plus grand de l’effectif - le gardien Mohamed Camara, 1m94 - et le plus petit – le défenseur Samuel Conte, 1m55 - offrant une image cocasse quand ils se tiennent l’un à côté de l’autre avant le coup d’envoi ? Ou les 42 tirs en direction du but costaricain en 90 minutes, pour seulement deux petits buts marqués ? Il faut dire que le Syli Cadet est tombé sur un Ricardo Montenegro en état de grâce, auteur de neuf parades sur les 14 frappes cadrées.

2. Grand écart, 2ème partie : Quand Kochi accueille le Brésil, meilleure équipe de l’histoire de la compétition, les supporters du Jawaharlal Nehru International Stadium s’attendent à vibrer. Mais les Auriverdes et leurs adversaires nord-coréens n’ont pas vraiment donné de raisons aux tribunes de s’enflammer avant l’ouverture du score brésilienne à l’heure de jeu. Du coup, celles-ci ont créé elles-mêmes leur spectacle en entonnant des "India ! India !", tant pour rendre hommage à leur équipe qui a inscrit son premier but mondialiste la veille, qu’au pays lui-même, hôte exemplaire depuis le début du tournoi. Un spectacle son et lumières, puisque les spectateurs ont également allumé les lampes de leur téléphone portable, donnant un avant-goût de ce que sera dans quelques jours la fête de Diwali – le festival des lumières -, l’une des plus importantes en Inde.

3. Grand écart, 3ème partie : Avant la rencontre du soir à Goa, l’Iran ne comptait que quatre victoires en quatre participations - la dernière en date en ouverture d’Inde 2017 face à la Guinée - et son bilan ne pesait pas bien lourd  devant celui de l’Allemagne et ses 45 victoires en 10 participations. Après 90 minutes, on a effectivement vu un fossé entre les deux équipes, mais à la surprise générale, en faveur de la Team Melli qui s’est imposée 4:0 sans se soucier du statut de favori et du poids de l’histoire.

Le chiffre du jour

100 En s’imposant 4:0 contre le Niger, l’Espagne a passé la barre des 100 réalisations dans l’histoire du tournoi. La Rojita en était à 98 avant le coup d’envoi, et c’est le même joueur - Abel Ruiz - qui a arrondi les comptes en signant un doublé en première période.

Entendu...
"Il a été excellent aujourd'hui, il a fait au moins sept arrêts et nous a empêchés de marquer plus de buts. C'est lui la raison pour laquelle nous n'avons pas gagné aujourd'hui. Le Costa Rica peut-être fier de lui, il les a sauvés" - Souleymane Camara, sélectionneur de la Guinée, à propos de Ricado Montenegro