Même s'il n'est âgé que de 16 ans, Mohammed Dawood est déjà entré dans l'histoire du football irakien, comme l'avait fait son idole Younis Mahmoud. En 2007, Mahmoud avait mené l'Irak au succès en Coupe d'Asie de l'AFC, en terminant meilleur buteur et meilleur joueur du tournoi. Ce triomphe avait permis à l'Irak de se qualifier pour sa première Coupe des Confédérations de la FIFA, en l'occurrence Afrique du Sud 2009. Neuf ans plus tard, Dawood l'a rejoint dans l'histoire, avec deux trophées individuels de meilleur joueur et meilleur buteur au terme du Championnat U-16 de l'AFC, que l'Irak a remporté pour la première fois en 2016, avec à la clé une qualification pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, qui aura lieu en octobre 2017 en Inde.

"Mahmoud est mon idole", explique le prodige au micro de FIFA.com. "Pour moi, c'est une légende qui a été une source d'inspiration constante, comme pour beaucoup d'autres jeunes Irakiens. J'ai été tellement heureux quand nous avons gagné le Championnat d'Asie. Et je suis content d'avoir également remporté les trophées de meilleur joueur et meilleur buteur. Pour être honnête, je ne m'attendais pas à ça", poursuit-il au sujet de la mémorable campagne de l'Irak dans le Championnat d'Asie. "C'était ma première compétition officielle, ce qui n'est jamais évident. J'étais un peu inquiet parce que je voulais être à la hauteur. Mais nos entraîneurs m'ont encouragé pendant toute la compétition et m'ont permis d'évoluer en confiance et nous avons été très bons sur le plan collectif."

Mahmoud avait terminé co-meilleur buteur avec quatre réalisations dans la Coupe d'Asie de l'AFC, à égalité avec Yasser Al Qahtani et Naohiro Takahara. Au Championnat U-16 de l'AFC 2016, Dawood a remporté la même décoration sans rival, avec six buts à son compteur, soit deux de plus que son premier poursuivant, le Japonais Takefusa Kubo.

Un match référence
Malgré ces chiffres éloquents, Dawood n'a pas débuté la compétition de la meilleure des manières, échouant à trouver le chemin des filets au cours des deux premiers matches. C'est lors du match nul contre Oman (1:1) qu'il a fait mouche pour la première fois, aidant ainsi l'Irak à décrocher un point décisif en vue de la qualification pour la phase des matches à élimination directe.

En quart de finale, il a réussi un doublé contre l'Ouzbékistan. La qualification de l'Irak pour le dernier carré de l'épreuve continentale était également synonyme de billet pour la prochaine Coupe du Monde U-17 de la FIFA. En demi-finale, il a réussi un triplé contre le Japon, ce qui a permis à l'Irak de s'imposer 4:2 après avoir été mené au score. La finale contre l'Iran est allée aux tirs au but, où Dawood a inscrit celui de la victoire pour l'Irak.

C'est toutefois la victoire en demi-finale contre le Japon qui a le plus marqué Dawood. Les Samouraïs bleus abordaient ce match avec une moyenne de sept buts marqués par match et aucun encaissé, et donc avec la faveur des pronostics... que Dawood s'est chargé de faire mentir quasiment à lui tout seul. "Selon moi, nous avons joué là notre meilleur match. Nous avons dû nous battre pour revenir. C'est une victoire à l'arraché, qui a demandé beaucoup de travail et en même temps a démontré notre état d'esprit et nos qualités", analyse Dawood, fan de Cristiano Ronaldo, et qui rêve d'évoluer au Real Madrid, comme si modèle

Mais Dawood a les pieds sur terre. Il sait qu'il ne pourra rien obtenir sans fournir un travail de longue haleine. À la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, il espère montrer son talent au monde entier. "Nous avons travaillé très dur. Nous allons bien nous entraîner pour encore progresser afin de pouvoir rivaliser avec les meilleures équipes de cette Coupe du Monde. Nous voulons proposer du beau football et rendre nos compatriotes fiers", conclut Dawood, rêvant d'imiter ses aînés emmenés par Younis Mahmoud, qui avaient fait le bonheur de tout le pays.