• Le 16 mai débute la vente des billets pour Inde 2017
  • Carles Puyol assistera à l'événement ainsi qu'à un festival Mission 11 Millions
  • Puyol a été champion du monde mais n'a jamais joué une Coupe du Monde en catégorie de jeunes

Le 16 mai prochain débutera la vente des billets pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 et l'événement se déroulera en la présence d'un invité d'exception en la personne de l'ancien défenseur espagnol Carles Puyol, qui se rendra à New Delhi et Mumbai pour y participer.

Le tournoi se déroulera du 6 au 28 octobre prochains dans six villes. Si quelqu'un hésite encore à acheter des billets pour cette Coupe du Monde, Puyol donne la raison définitive pour laquelle ne pas le faire serait grosse erreur.

Carles, est-ce la première fois que vous allez vous rendre en Inde ?
Oui, et j'y vais avec beaucoup de curiosité et d'envie de découvrir le pays et ses habitants. La culture indienne m'attire, sa médecine traditionnelle, sa gastronomie et, surtout, c'est d'ailleurs l'un des motifs de la visite : le développement du football en Inde.

Si une personne avait encore des doutes, comment la convaincriez-vous d'acheter un billet ?
Je lui dirais que l'expérience de voir un match au stade est complètement différente d'une retransmission télévisée. On vit le match avec intensité et on sent l'énergie. Et puis, on va découvrir en Inde les stars de demain. Je suis certain que les spectateurs en garderont de bons souvenirs et vont adopter ce sport.

Pendant votre visite, vous allez avoir l'opportunité de visiter un des festivals du projet Mission 11 Millions, un programme qui souhaite attirer des millions d'enfants indiens vers le football. Quel regard portez-vous sur cette initiative ?
Les valeurs transmises par le sport vous accompagnent ensuite toute votre vie. C'est une opportunité merveilleuse pour les enfants d'apprendre des valeurs comme l'empathie, le travail en équipe vers un objectif commun, l'effort…. Les enfants vont devoir gérer des situations comme la défaite et motiver leurs coéquipiers, essayer également de gérer la victoire avec humilité. Ce sport vous donne des leçons de vie.

Malgré votre longue carrière, vous n'avez jamais disputé de Coupe du Monde dans une catégorie de jeunes. À cette époque, étiez-vous envieux de vos coéquipiers qui y participaient ?
J'ai commencé à jouer au football très tard, ce qui fait que la question de disputer une Coupe du Monde U-17 ne s'est même pas posée. Le premier tournoi auquel j'ai participé a été en U-21. Je n'ai jamais été envieux de ce que les autres pouvaient faire. Au contraire, ça me motivait pour travailler et pouvoir moi aussi vivre un jour ces expériences.

Quelle est l'importance de ces compétitions pour un joueur ?
Très grande. C'est une formidable opportunité de jouer au plus haut niveau dans ces catégories d'âge, et c'est une excellente préparation avant de franchir le pas vers le football professionnel. Mais cela ne veut pas dire que ceux qui n'ont pas la chance d'y participer compromettent une éventuelle carrière professionnelle. Personnellement, je n'ai jamais participé à ces tournois internationaux de jeunes, mais ça ne m'a pas empêché de réaliser une longue carrière professionnelle, dont je suis fier.