Plusieurs stars du monde du football ont fait leurs premiers pas sur la scène internationale en Coupe du Monde U-17 de la FIFA. C'est le cas de d'Alessandro Del Piero, Ronaldinho, Nwankwo Kanu, Xavi, Landon Donovan ou Cesc Fabregas.

FIFA.com a demandé à quelques-uns de ces grands noms de revenir sur leur expérience dans l'épreuve et de donner quelques conseils à la jeune génération qui se présentera à la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 en octobre prochain.

"Ça remonte à très loin, mais en même temps je m'en souviens comme si c'était hier", explique le gardien retraité Roberto 'Pato' Abbondanzieri, qui a participé avec l'Argentine à l'édition 1989. Cette année-là en Écosse, la jeune Albiceleste avait été éliminée en quart de finale, face au Portugal d'un certain Luis Figo.

"C'était comme un rêve. C'est la première fois que j'ai eu l'occasion de porter le maillot de l'Argentine en match officiel. Jouer pour l'Argentine en Coupe du Monde est toujours quelque chose d'exceptionnel. J'en avais des frissons."

Confirmation
Le moins que l'on puisse dire est qu'Abbondanzieri a largement confirmé ses dispositions. Avec 50 sélections, une participation à la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, six titres de champion d'Argentine et quatre Copa Libertadores à son tableau de chasse, le gardien argentin a connu une carrière étoilée au plus haut niveau.

Pour autant, il n'a rien oublié de son premier grand tournoi international, avec les U-17 de son pays. "D'une certaine façon, je peux dire que je n'ai toujours pas digéré cette défaite contre le Portugal. Mais cette expérience a été très formatrice. Elle m'a permis de gagner en maturité".

Avec le recul et du haut de son expérience, celui qui a été élu meilleur gardien de la Liga en 2006/07 avec Getafe conclut par un conseil aux jeunes espoirs qui auront l'opportunité de disputer cette compétition en Inde : "C'est une chance exceptionnelle de pouvoir participer à une Coupe du Monde, il faut profiter de chaque moment."

Iker Casillas a lui aussi eu l'occasion de goûter à la compétition suprême U-17, avant de connaître la gloire non seulement avec le Real Madrid, mais aussi avec l'Espagne. Le premier joueur de la Roja à poser les mains sur la Coupe du Monde de la FIFA avait représenté son pays en demi-finale d'Égypte 1997.

L'un de ses coéquipiers n'était autre que Xavi. "C'est une expérience unique", se souvient Casillas au micro de FIFA.com. "Même pour les jeunes joueurs qui jouent déjà au plus haut niveau avec leur club, cela vaut la peine de disputer cette Coupe du Monde à fond. C'est un tournoi merveilleux", ajoute le portier qui a remporté la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, deux ans plus tard au Nigeria.

Duos de choc
En 2001, dans la chaleur de Trinité-et-Tobago, Fernando Torres, Carlos Tevez et Javier Mascherano ont connu leur première expérience au plus haut niveau avec leur pays. "Le simple fait de participer à un tournoi mondial à cet âge-là est terriblement excitant", se souvient le Français Florent Sinama-Pongolle, meilleur buteur et élu meilleur joueur d'une compétition remportée par les Bleuets. "Ça m'a réellement ouvert des portes.

Ma vie a changé après ce titre de champion du monde". Son coéquipier de l'époque, Anthony Le Tallec, confirme : "Personne n'avait entendu parler de nous et d'un seul coup, nous étions des stars. Je n'oublierai jamais ce tournoi. C'est là que je me suis fait un nom."

"Gagner la Coupe du Monde, c'était un rêve qui se réalisait pour moi et pour tout le Mexique", se souvient le milieu de terrain Giovani dos Santos, qui s'est récemment fait remarquer lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, à propos du sacre aztèque en 2005 au Pérou. "Nous avons offert à notre pays son premier titre mondial. À notre retour à Mexico, nous avons été accueillis comme des héros. Les gens étaient tellement heureux. C'était impressionnant."

Entrer dans la lumière
Le capitaine de l'époque, Patricio Araujo abonde dans son sens : "Cette Coupe du Monde a changé nos vies. Nous étions parfaitement inconnus et soudainement, on ne parlait que de nous."

"Ce fut une expérience merveilleuse", confirme Danny Welbeck, qui a participé à Corée 2007 avec l'Angleterre et qui fait aujourd'hui le bonheur d'Arsenal. "Il faut voir ce genre de tournoi comme une opportunité de se tester contre des joueurs venus des quatre coins de la planète. Il n'y a rien de mieux que de représenter son pays, tout particulièrement à cet âge-là", conclut l'attaquant.

Un discours repris en coeur par Raheem Sterling, qui évolue aujourd'hui avec les Trois Lions et pour le compte de Manchester City : "C'est particulier de jouer pour son pays, c'est aussi simple que cela."

Les prochaines étoiles de l'élite mondiale découvriront ce que le sort va leur réserver le 7 juillet à Mumbai lors du tirage au sort de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017.