• Il a été le meilleur gardien du Sudamericano U-17
  • Neuer, Bravo et Courtois sont ses modèles
  • Il utilise Internet pour "regarder les gardiens et progresser"

Alors que beaucoup de garçons de son âge passent des heures à regarder la télévision ou sur leurs consoles de jeu, Julio Junior Borquez observe les gardiens grâce à Internet. "Je regarde beaucoup de football en général", explique à FIFA.com le gardien de la sélection U-17 du Chili. Je recherche surtout les pages où l'on peut voir des gardiens à l'entraînement ou en match. Je visionne aussi les meilleurs moments des matches. Je fais très attention aux détails pour progresser."

Qui sont ses modèles ? "Neuer, Bravo et Courtois. Mon style s'identifie peut-être plus aux deux premiers, pour le jeu au pied. Neuer est une sorte de modèle pour la façon dont le poste est amené à évoluer." Junior semble sur la bonne voie. En mars dernier, il a été élu meilleur gardien du Torneo Sudamericano de sa catégorie d'âge. À cette occasion, la Rojita a décroché son billet pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017.

Deux données résument bien la prestation du garçon lors de ce tournoi : il a brillé devant son public et les quatre victoires remportées par le Chili l'ont été sur le même résultat, 1:0, c'est-à-dire sans encaisser de but. "Terminer un match sans s'être incliné est un mérite qui ne me revient pas à moi tout seul", poursuit le joueur formé au Deportes Iquique. "C'est une performance collective qui ne peut arriver que si chacun fait son travail. J'ai fait le mien, mes coéquipiers ont fait le leur."

Le match clé pour Borquez a été le nul 1:1 avec la Colombie en phase de groupes. Le Chili avait concédé l'ouverture du score à cause d'une sortie à contretemps de son gardien. Mais le numéro 12 a pu prendre sa revanche : sur la dernière action du match, il a repoussé un penalty et donc évité la défaite. "Ce but a été un coup dur, mais je suis fort mentalement" raconte-il. "J'étais donc prêt pour arrêter le penalty et rattraper mon erreur. D'ailleurs, je la regarde avant les matches, ça me sert de motivation. Ça m'aide à me souvenir qu'on ne doit jamais baisser les bras."

Le saviez-vous ?
Le Chili abordait l'ultime journée du Torneo Sudamericano avec l'obligation de battre le Brésil pour pouvoir être champion. Le sélectionneur Hernán Caputo, ancien gardien professionnel, avait choisi Rodrigo Cancino comme gardien. La Rojita, qui jusque-là avait encaissé 4 buts en 6 parties, en concéda 5 ce jour-là, avec à la clé une défaite 0:5 et le statut de vice-championne.

"Ce que j'ai dit à Rodrigo ? Je l'ai soutenu, comme il le fait toujours avec moi. Nous devons nous battre l'un pour l'autre car le défi qui nous attend est énorme."

Le Chili à Inde 2017
La Rojita a été versée dans le Groupe F où elle affrontera l'Angleterre (8/10), l'Irak (11/10) et le Mexique (14/10). "Ce sera difficile à cause de la chaleur et de l'humidité, c'est pourquoi nous travaillons beaucoup sur le plan physique. Sur le plan footballistique, nous allons essayer de rivaliser, quel que soit l'adversaire."

Borquez intime

  • Pourquoi préfère-t-il qu'on l'appelle Junior ? "Depuis que je suis petit, on m'appelle comme ça, donc ça me conforte"
  • A-t-il arrêté l'école pour se consacrer au football ? "Non. J'ai terminé le collège en prenant des cours du soir"
  • Pourquoi gardien de but ? "J'avais quatre ans et un jour, il manquait le gardien. J'ai bien aimé arrêter les ballons"
  • Un détail qu'il a changé... "Mon poids. C'était mon point faible, mais je l'ai corrigé et je continue de faire attention"
  • Connaît-on Borquez à Iquique ? "Aujourd'hui oui, toujours avec les pieds sur terre et une place à conquérir"

Ce qu'ils pensent de Junior...
"Quand il est arrivé, il a dit qu'il pouvait jouer numéro 10 et gardien. Il m'a surpris par sa conduite, très disciplinée. Il a beaucoup de personnalités et de maturité. Il sait où il veut aller, quels sont ses objectifs et le travail qu'il doit fournir les atteindre" - Javier Di Gregorio, entraîneur des gardiens au Deportes Iquique.