• L'Inde, pays hôte, affrontera les États-Unis dans le match d'ouverture de la Coupe du Monde U-17
  • Sunil Gulati, membre du Conseil de la FIFA, est né en Inde mais a grandi aux États-Unis
  • La Colombie et le Ghana complètent le casting du Groupe A

Des rires, des sourires et une poignée de main. Quand à Mumbai, le Tirage au sort officiel de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2017 a désigné les États-Unis pour affronter le pays hôte dans le match d'ouverture, Sunil Gulati, venu en sa qualité de président de la Fédération américaine de football, s'est immédiatement retourné vers son homologue indien Praful Patel pour lui offrir une chaleureuse poignée de main.

Gulati est aussi membre du Conseil de la FIFA et président de la Commission d’Organisation de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA. On imagine son émotion pendant le tirage au sort : né en Inde, il a déménagé aux États-Unis à l'âge de cinq ans, même si la majeure partie de sa famille réside toujours en Asie. Le lever de rideau représente un premier test sérieux. Plus globalement, le tirage au sort réalisé à Mumbai promet quelques rencontres alléchantes.

"Chaque Coupe du Monde a son charme, mais il est vrai que la présence de l'Inde et des États-Unis dans le même groupe revêt une signification particulière à mes yeux", souligne Gulati au micro de FIFA.com. "Ce tournoi aura un effet très positif sur le sport en Inde. Pour les États-Unis, la perspective de participer au coup d'envoi de la compétition est évidemment une occasion spéciale. Toutefois, ce groupe ne se résume pas à un duel entre nos deux pays. Le Ghana fait partie des poids lourds dans cette tranche d'âge et la Colombie nourrit aussi des ambitions."

Malgré un départ vers les États-Unis dès son plus jeune âge, son parcours atypique le place dans une position idéale pour jauger des défis qui attendent sa patrie de naissance. Il n'y a pas si longtemps, son pays d'adoption s'était retrouvé dans une position similaire. "L'Inde a réalisé d'énormes progrès. La partie n'est pourtant pas facile car elle est confrontée à des difficultés très spécifiques : la taille immense de son territoire, la concurrence d'autres sports et une population très diverse. De ce point de vue, sa situation rappelle celle des États-Unis. Nous en avons discuté avec les dirigeants de la Fédération indienne de football. Nous avons évoqué les similitudes entre les défis que nous avons relevés aux États-Unis et ceux auxquels l'Inde est aujourd'hui confrontée."

Ce spécialiste de l'économie se dit convaincu que la Coupe du Monde U-17 marquera une étape importante sur la voie du développement du football en Inde. "Ce tournoi a un rôle essentiel à jouer car il va servir de vitrine. Dans une compétition comme celle-ci, on croise beaucoup de jeunes joueurs qui seront les stars de demain", insiste-t-il. "La pression et la rigueur inhérentes au très haut niveau sont parfois absentes chez les U-17, mais c'est plutôt une bonne chose à mes yeux. Ce tournoi a permis de lancer beaucoup de grands joueurs et je crois que ce sera encore le cas cette année."

(L'Inde a rendez-vous avec les USA le 6 octobre prochain)

Pour se convaincre du bien-fondé des propos de Gulati, il suffit de se pencher sur le parcours de l'Américain Christian Pulisic. Avant de se faire un nom avec les Stars and Stripes et au Borussia Dortmund, il s'était distingué durant l'édition 2015 de l'épreuve au Chili.

"Christian réalise de très belles choses en ce moment. Il a énormément de talent, mais personne ne s'attendait à le voir progresser à une telle vitesse. Aujourd'hui, il est incontournable en sélection et à Dortmund, dans un club qui possède beaucoup d'éléments de qualité. C'est un surdoué."

"Nous avions découvert Landon Donovan en Nouvelle-Zélande en 1999. Il avait remporté le Ballon d'Or. DaMarcus Beasley s'était adjugé le Ballon d’Argent. Par la suite, il a disputé quatre Coupes du Monde. Ces joueurs ont marqué l'histoire du football aux États-Unis ; avec un peu de chance, Christian marquera notre avenir."

(Sunil Gulati lors du tirage au sort)

Quoi qu'il en soit, la prochaine génération de joueurs américains pourra compter sur l'expertise d'un observateur chevronné, au moment de défier l'Inde. "Je crois que je vais annuler mes cours à l'université de Columbia pour venir assister à cette rencontre", glisse Gulati en riant. Si ses employeurs lui délivrent un bon de sortie, la famille Gulati sera réunie à New Delhi à l'occasion d'un match d'ouverture qui s'annonce comme le point de départ d'une belle aventure.