• Le tirage au sort d'Inde 2017 a eu lieu vendredi 7 juillet à Mumbai
  • Le pays hôte affrontera les États-Unis dans le match d'ouverture
  • La Nouvelle-Calédonie donnera la réplique à la France

Le tirage au sort officiel de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017 a livré son verdict. Entre débutants, anciens champions en quête de revanche, et un pays hôte décidé à écrire une nouvelle page de son histoire en octobre, les sujets d'interrogation ne manquent pas.

À l'issue de la cérémonie, FIFA.com s'est entretenu avec plusieurs sélectionneurs pour recueillir leurs impressions et leurs réflexions sur ce premier tournoi FIFA organisé sur le sol indien.

Luis Norton de Matos, sélectionneur de l'Inde
Le pays hôte évoluera dans le Groupe A, avec la Colombie, le Ghana et les États-Unis
C'est d'un défi qui me plaît, malgré la présence de quelques sérieux clients. Les Américains n'ont manqué qu'une seule édition, tandis que la Colombie fait partie des ténors sud-américains et le Ghana s'illustre régulièrement en Afrique. Les joueurs ne sont pas obligés de gagner, mais ils ont l'obligation de tout faire pour remporter la victoire. À la fin de chaque match, je veux qu'ils aient le sentiment d'avoir fait jeu égal avec des adversaires de renom. Avec du travail, on peut y arriver. J'ai le sentiment de pouvoir apporter quelque chose au football indien. 

Le premier match contre les États-Unis sera le plus important. Je vais bien me préparer, tout comme mes joueurs. Si nous l'emportons, tous les espoirs seront permis. Nous allons nous battre. C'est important que le public indien vienne nous soutenir. Il faudra jouer à onze sur le terrain, plus un douzième homme en tribunes. J'ai été footballeur et je sais qu'on peut donner 20% de plus quand on bénéficie d'un tel soutien. Je veux qu'au coup de sifflet final, les gens soient fiers de nous.

Jonas Komla, sélectionneur du Mali
Le finaliste de l'édition 2015 affrontera la Nouvelle-Zélande, le Paraguay et la Turquie dans le Groupe B
Ce sera une expérience inoubliable pour les joueurs, d'autant que j'ai été très impressionné par les différents sites dans lesquels nous jouerons. Le football ne cesse de gagner en popularité au Mali, mais ça va bien au-delà de ça. Nous sommes également beaucoup plus professionnels dans notre approche. Nous progressons de jour en jour. Je veux participer à ce mouvement et le prolonger. Notre premier objectif sera de passer la phase de groupes. Après ça, on verra bien jusqu'où nous pourrons aller.

Christian Wuck, sélectionneur de l'Allemagne
Son équipe a été versée dans le Groupe C, aux côtés du Costa Rica, de la Guinée et de l'Iran
C'est un groupe intéressant. Il y a des nouveaux venus que nous ne connaissons pas très bien, mais nous allons nous pencher dès à présent sur leurs dernières sorties. Ce tournoi sera formidable pour les joueurs comme pour l'encadrement. Il fait très chaud et humide ici. Les joueurs vont donc devoir s'adapter. C'est un pays magnifique. Je suis ravi d'être là. Nous allons nous rendre à Goa et Kochi pour nous faire une idée de ce qui nous attend là-bas. Nous avons une bonne équipe, tournée vers l'offensive.  Nous pouvons compter sur des joueurs de talent. Nous ferons partie des favoris, mais nous ne serons pas les seuls.

Michel Clarque, sélectionneur de la Nouvelle-Calédonie
Son équipe affrontera la France, le Honduras et le Japon dans le Groupe E
Depuis notre qualification en février, nous vivons un rêve éveillé. Pour un petit pays comme le nôtre, c'est extraordinaire de participer à une Coupe du Monde. J'ai envie de partager ce rêve avec mes joueurs. De retour à la maison, je leur dirai ceci : "Maintenant, votre dernier défi, c'est de faire de votre mieux". En Coupe du Monde U-20, le Vanuatu a posé des problèmes au Mexique, à l'Allemagne et au Venezuela. Si nous suivons son exemple, ce sera bénéfique pour toute l'Océanie.

J'ai joué en équipe de Nouvelle-Calédonie, mais je n'ai jamais eu la chance de participer à une Coupe du Monde. Je sais que c'est un événement magnifique. J'ai l'intention de rappeler à mes joueurs qu'ils vont vivre une expérience fantastique. Mais s'ils veulent obtenir des résultats, ils va falloir qu'ils travaillent très dur. Nous allons faire de notre mieux pour les accompagner sur le chemin du haut niveau. Ces U-17 sont les U-20 de demain. Ils n'en sont qu'au début de leur histoire. J'espère qu'il leur reste encore beaucoup de très beaux chapitres à écrire.