• La Guinée a été éliminée dès le premier tour de Chili 2015
  • La Guinée s’est qualifiée pour Inde 2017 en terminant troisième de la Coupe d’Afrique
  • Djibril Fandjé Touré a reçu le Soulier d’or de la Coupe d’Afrique avec six buts

La Guinée a vécu un cauchemar entre 2014 et 2016 à cause du virus Ebola. Les clubs guinéens et la sélection ont été obligés de recevoir leurs adversaires loin de leurs bases, jusqu’à ce que la vie reprenne son cours normal.

Ces problèmes n’ont pas eu d’impact sur le football, comme le prouvent les qualifications pour la dernière Coupe du Monde U-20 de la FIFA puis pour Inde 2017. Ces exploits ont été rendus possibles grâce à une génération de joueurs doués et impatients de montrer au monde entier ce dont ils sont capables.

"C'est le résultat d’un travail de longue haleine. Nous sommes présents, malgré les problèmes que nous avons rencontrés durant la Coupe d’Afrique", constate au micro de FIFA.com Souleymane Camara, le sélectionneur qui a offert au Syli Cadet la qualification pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2017. "Je suis un jeune sélectionneur qui affronte des techniciens très expérimentés, mais ça ne nous a pas empêchés de gagner notre place en Coupe du Monde."

Camara savoure particulièrement les circonstances de cette qualification, acquise dans un contexte très difficile : "Ebola nous a causé beaucoup de problèmes mais nous avons relevé le défi. Le succès est dû au talent des Guinéens", estime-t-il. "Il y a du talent en Guinée et, désormais, des centres de formation. Le président de la fédération est en train de monter un centre de formation qui ouvrira ses portes dans six mois."

Un groupe compliqué
Le tirage au sort d’Inde 2017 n’a pas épargné la Guinée, qui évoluera aux côtés de l’Allemagne, du Costa Rica et de l’Iran. Camara, qui considère le Costa Rica comme l'une des meilleures équipes de la Coupe du Monde U-17 avec le Brésil, sait que la tâche s'annonce difficile. "Il est trop tôt pour parler d’une victoire finale. La tâche ne sera pas facile car nous avons des joueurs qui sont encore en formation, qui vont rencontrer des joueurs des réserves de clubs comme Paris, Lyon et Marseille. Malgré ce fossé, nous allons tout donner pour aller loin, mais ça ne sera pas facile", admet l'entraîneur.

Le seul objectif que les Guinéens se fixent, c'est d’obtenir de meilleurs résultats qu’en 2015. Au Chili, ils avaient concédé le nul à l’Angleterre, avant de s'incliner face à la République de Corée et au Brésil. "J’espère faire mieux qu'il y a deux ans. Pour ça, nous devons travailler sérieusement car il y a une grande différence de niveau entre la Coupe d’Afrique et la Coupe du Monde. Personnellement, je me considère comme un sélectionneur ambitieux, qui cherche toujours à obtenir des résultats positifs", conclut-il.

Le programme de la Guinée en Inde
7 octobre : Iran - Guinée
10 octobre : Costa Rica - Guinée
13 octobre : Guinée - Allemagne