• L'Espagne championne d'Europe et qualifiée pour la Coupe du Monde U-17
  • Trois fois finaliste, la Rojita n'a jamais gagné le Mondial de la catégorie
  • Nous avons parlé avec deux rouages essentiels de l'équipe, les Barcelonais Abel Ruiz et Mateu Morey

"C'est une fusée", affirme Abel Ruiz, capitaine de l'Espagne U-17, au sujet de son coéquipier Mateu Morey, qui lui répond avec un compliment : "Abel est un joueur très complet, qui apporte énormément à l'équipe".

Les deux garçons partagent le même club, le FC Barcelone, Abel avec les A de sa catégorie d'âge et Morey avec les B, le même destin en équipe nationale, et la même chambre à la Masia, centre de formation du Barça. "Il y a une très bonne ambiance", poursuit Abel. Cela se voit sur le terrain, comme sur le premier but de l'Espagne en finale de l'UEFA EURO U-17, gagnée par la Rojita aux tirs au but contre l'Angleterre après avoir égalisé in extremis dans la prolongation (2:2, 4:1 TAB).

Dans son rôle d'avant-centre de pointe, Abel reçoit le ballon dans la surface, lève la tête et centre à destination de Morey. Le latéral droit arrive lancé et marque sur une reprise sans contrôle. Cette action ne doit rien au hasard. "Nous en parlons souvent. Je fais souvent des passes comme ça, dans le trou, parce que je sais qu'il monte énormément."

L'attaquant et le défenseur s'entendent à merveille et ont contribué à deux à 58 % des buts inscrits par l'Espagne dans cet EURO (4 pour Abel et 3 pour Morey). Leur prochain objectif est la Coupe du Monde U-17 de la FIFA qui aura lieu du 6 au 28 octobre en Inde. "La nuit d'après la victoire dans l'EURO, j'ai rêvé que je soulevais la Coupe du Monde. Nous avons l'espoir d'y arriver, même si l'Espagne n'a encore jamais gagné cette compétition", annonce Abel à FIFA.com.

En effet, si l'Espagne a été deux fois championne d'Europe U-17 et six autres fois quand le tournoi était réservé aux U-16, elle n'a jamais soulevé le trophée mondial de la catégorie, malgré trois finales disputées : en 1991, en 2003 - avec une équipe emmenée par Cesc Fabregas et David Silva - et en 2007. Elle a également terminé une fois sur la troisième marche du podium, en 2009.

L'envie est manifeste chez les deux garçons de décrocher le seul titre mondial qui manque au football masculin espagnol. À tel point qu'à deux mois du coup d'envoi du tournoi, le groupe WhatsApp de la Rojita commence à chauffer. "Avant il s'appelait 'Champions d'Europe' mais il n'y a pas longtemps, nous l'avons renommé 'En cours de chargement pour l'Inde - 50 %'. Nous avons déjà la tête au Mondial", sourit Morey.

"On n'arrête pas d'en parler. Nous avons passé un mois ensemble à l'EURO et nous sommes tous impatients de nous revoir", confirme Abel.

L'attaquant est le meilleur buteur de l'histoire de l'EURO U-17, avec 8 réalisations, à égalité avec les Français Amine Gouiri et Odsonne Édouard. Il a d'ailleurs abordé l'édition 2017 avec l'étiquette de "vétéran", ayant déjà participé à l'édition 2016, où l'Espagne avait été battue en finale.

C'est d'ailleurs pour cela que le sélectionneur Santi Denia l'a désigné comme capitaine. "C'est un honneur de porter le brassard. Nous avons tous le même âge et c'est compliqué, mais j'ai quand même essayé d'aider mes coéquipiers en leur transmettant ce que j'ai appris l'an dernier."

Pour Morey, cela ne fait aucun doute : "La clé de notre succès a été de suivre tous les conseils que nous avons reçus, ceux de l'entraîneur, ceux d'Abel… Nous avons su écouter, et nous avons su améliorer certains points ensemble. Au final, cela a porté ses fruits".

Il n'en reste pas moins que cette Coupe du Monde sera une expérience nouvelle pour toute l'équipe, y compris pour Abel. Le manque d'expérience que cela implique sera compensé par une envie débordante de bien faire. "C'est un défi extraordinaire qui nous attend et nous voulons entrer dans l'histoire", conclut Abel.

Forte de son duo Barcelonais, la Rojita est plus que jamais en mesure de réussir ce qu'aucune génération précédente de U-17 espagnols n'est parvenue à faire.