• Sharifi a participé à son premier match professionnel à l’âge de 16 ans
  • Il est devenu le plus jeune joueur iranien à disputer la Ligue des champions de l'AFC
  • L'Iran va retrouver Goa, où il a joué l’an dernier

L’année 2016 a été exceptionnelle pour Mohammad Sharifi. Il a emmené la sélection U-16 en Coupe du Monde U-17, un mois avant de participer à sa première rencontre dans le championnat professionnel iranien, à l’âge de 16 ans. Il est entré en jeu pour Esteghlal Khuzestan face à Mashhad pour le compte de la onzième journée du championnat.  "Pour tout joueur, c’est un grand événement de faire ses débuts professionnels. Je n’oublierai jamais ce jour. J’étais heureux que l’entraîneur me fasse confiance", raconte-t-il à FIFA.com. "En fait, j’avais de grands objectifs quand j’ai commencé à jouer et je les ai gardés à l’esprit. J’ai dû beaucoup travailler pour obtenir ce succès."

Quelques mois plus tard, il est devenu le plus jeune Iranien à participer à la Ligue des champions de l'AFC en entrant en jeu à l'occasion du nul (1:1) contre les Qatariens de Lekhwiya lors de la troisième journée, neuf jours seulement avant son dix-septième anniversaire. "C’est bien d’être le plus jeune joueur iranien à disputer cette compétition mais pour moi, la continuité, le développement et la valeur technique sont plus importants que les chiffres", assure-t-il.

Terrain connu
Sharifi aura de nouveau rendez-vous avec la gloire lors de son prochain déplacement en Inde pour y disputer la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, en octobre prochain. Il s’agira de la quatrième participation des Iraniens à cette compétition. Les qualifications asiatiques, déjà disputées en terres indiennes, lui laissent d’excellents souvenirs : "La Coupe d’Asie U-16 s’est très bien passée. Nous avons obtenu la deuxième place et nous avons pu nous qualifier pour la Coupe du Monde. Personnellement, j’y ai très bien joué", rappelle-t-il. 

Les Iraniens poseront leurs valises dans la ville de Goa qu’ils ont visitée il y a un an. Ils y croiseront l’Allemagne, le Costa Rica et la Guinée. "Pour tous les joueurs, retourner en Inde et dans l’État de Goa représente une très bonne nouvelle", poursuit Sharifi. "C'est un endroit qui nous rappelle de très bons souvenirs, depuis notre qualification. C’est très intéressant de retourner dans le stade que nous connaissons, mais il faut s’appuyer sur la qualité des joueurs et pas seulement sur la chance. J’espère que ce site nous portera bonheur."

À deux mois du coup d'envoi du rendez-vous international, Sharifi ne cache pas ses ambitions de créer la surprise, et de s"ouvrir les voies d'une carrière professionnelle dans un grand championnat. "Il est important pour nous de réussir collectivement et d'évoluer à notre meilleur niveau. Je suis heureux car Inde 2017 représente une belle occasion pour moi et pour tous les joueurs de se faire remarquer et d'éveiller l'intérêt de formations européennes", conclut-il.