• Le Niger est qualifié pour sa première Coupe du Monde, toutes catégories confondues
  • Soumaïla Tiemogo a conduit le Mena Cadet en demi-finale de la CAN U-17
  • La sélection U-17 doit composer l’ossature des U-20 en 2019 et des A à l’avenir

Avant, le Niger c’était…

0 - Aucune qualification pour une compétition de la FIFA, que ce soit en seniors, en U-20 ou en U-17. En Coupe du Monde de la FIFA, le Mena n’a jamais franchi le tour préliminaire, malgré quelques résultats intéressants lors des éditions 1982 et 1994. Quant à la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF, il a fallu attendre 2012 pour que les Nigériens y participent pour la première fois (trois défaites), et 2013 pour voir leur dernière apparition (deux défaites, un nul).


Aujourd’hui, le Niger c’est…

1 - Première qualification pour un tournoi mondial : la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Inde 2017. Le sélectionneur Soumaïla Tiemogo y voit une conséquence des efforts de développement du football de base, et de l’engouement né des deux phases finales de la CAN disputées en 2011 et 2013.

"Ce sont deux bons résultats de l’équipe A, et nos jeunes sont venus couronner notre progression par une qualification pour la Coupe du Monde", estime-t-il pour FIFA.com. "Le Niger n’est pas vraiment un pays de football, mais aujourd’hui la discipline se développe, par la formation des jeunes, et celles des encadrants par des formations de la Fédération, de la CAF et de la FIFA. Nous autres, entraîneurs, profitons de ces formations pour apporter tout ce que nous pouvons à ces jeunes."

  • Comment le Niger s’est-il qualifié pour Inde 2017 ?
    "Nous avons connu une phase de qualification difficile", rappelle Soumaïla, dont les joueurs ont notamment éliminé le Nigeria, double champion du monde en titre. "Cette élimination a marqué les esprits en Afrique et a attiré l’attention sur nous. En phase finale, nous avons confirmé alors que dans notre poule, nous avions le Mali, vice-champion du monde en titre. Nos jeunes n’ont pas démérité en se qualifiant quand même. On vient de loin."

    Le Niger a atteint les demi-finales, synonymes de billet pour l’Inde, même s’il s’y est incliné contre le Ghana (0:0, 5:6 t.a.b.), et lors du match pour la troisième place contre la Guinée (1:3).

Demain, le Niger ce sera…

3 adversaires coriaces : la RDP Corée, le Brésil et l’Espagne dans le Groupe D. "Contrairement aux seniors où on connait déjà les vedettes, dans le football de jeunes, c’est difficile de juger. Si on demandait au Niger d’éliminer le Ghana ou le Gabon en A, on aurait des doutes. Mais au niveau des jeunes, nous l’avons fait. Le talent, il y en a beaucoup au Niger", annonce l’entraîneur avant de s’envoler pour l’Inde. Le tirage au sort a-t-il été trop dur pour les néophytes africains ? Pas selon Soumaïla : "Je ne garantis pas la victoire finale, mais je peux garantir qu’on entendra parler du Niger, comme ce fut le cas en Afrique. Nous n’allons peut-être pas faire de miracles, mais nous allons faire le maximum."

Quels que soient les résultats lors du tournoi asiatique, le technicien voit déjà plus loin. "Le Niger a un programme de développement. Nous allons créer un centre national où ces jeunes résideront et seront encadrés pendant deux ans", annonce le sélectionneur, impliqué dans la formation par son autre casquette de directeur d'académie de football. "En 2019, nous jouerons la Coupe d’Afrique U-20 à domicile. Cette génération devrait être l’ossature de cette sélection et nous espérons qu’après 2019, elle continuera sa progression et représentera le Niger en seniors."

  • Soumaïla Tiemogo  en bref
    - Ancien défenseur et capitaine de l’équipe nationale, surnommé l’Empereur
    - Ancien professeur d'Education Physique et Sportive
    - Ancien Directeur Technique et sélectionneur national
    - Participant à plusieurs séminaires de formation de la CAF et de la FIFA
    - Directeur d’un centre de football, l’Atcha Academy