On comprend dès qu’elle se met à parler que Lizzie Durack détonne quelque peu dans la sélection anglaise. Son accent australien très prononcé ne trompe pas. Autre particularité, la gardienne de but a suivi des études de régénération biologique et développement humain à la prestigieuse Université d’Harvard. Et ce n’est pas sa seule originalité.

Durack a fêté le mois dernier son vingtième anniversaire, mais elle a déjà effectué ses grands débuts dans la sélection anglaise senior. Désignée parmi les dix meilleures joueuses du dernier Championnat d’Europe Féminin U-19 de l’UEFA, elle est l’une des valeurs montantes à son poste. A 16 ans pourtant, elle avait été déclarée "trop juste" pour le niveau international par l’un des entraîneurs des sélections jeunes de l’Australie, dont elle a porté les couleurs dans la catégorie U-17.

"Je n’étais tout simplement pas d’accord", raconte-t-elle à FIFA.com. "Et je me suis dit que je n’allais pas l’accepter. J’ai toujours cru en moi et mon club a également continué à me soutenir. Même si cet entraîneur de l’équipe nationale pensait que je n’étais pas assez douée, beaucoup d’autres personnes m’ont assuré du contraire. On me disait d’un côté de ne pas baisser les bras et j’ai su du mien faire preuve de suffisamment d’entêtement pour ne rien lâcher. J’ai grandi en Australie et je me suis toujours imaginée faire carrière là-bas, mais il faut savoir encaisser les coups et aller de l’avant."

L’encadrement australien lui a fermé la porte du football international, mais la gardienne a décidé de rentrer par la fenêtre. "Ma mère est née en Angleterre, j’avais donc cette idée dans un coin de ma tête", explique-t-elle. "La sélection anglaise s’est manifestée un an plus tard. Elle a demandé à Harvard si elle n’avait pas par hasard une gardienne de but anglaise sous la main et l’Université savait que j’avais la double nationalité. Je n’ai pas hésité une seconde !", poursuit-elle. "Tout le monde dans l’équipe m’a très bien accueillie. Certaines filles comptent parmi mes meilleures amies et cette cohésion explique en grande partie nos bons résultats lors de l’EURO."

Défendre, mais pas que
Modeste et mesurée, Durack refuse cependant de tenir sa place pour acquise pour la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Canada 2014. Il paraît pourtant improbable que la sélectionneuse anglaise Mo Marley se prive d’une joueuse qui a non seulement brillé lors des qualifications, mais qui a également effectué depuis ses débuts chez les A. Les sélections anglaises brillent actuellement dans toutes les catégories d’âge.

De quoi mettre Durack en confiance avant Canada 2014. "Notre philosophie repose d’abord sur la défense, tout le monde est très impliqué dans le travail défensif", détaille l'Australienne de naissance. "Mais on dispose également d’une force de frappe intéressante devant. Nikita Parris, ma coéquipière à Everton, est en grande forme actuellement et les attaquantes sont très rapides. On ne se contente pas de rester derrière, nos adversaires pourront s’en rendre compte au Canada."

Solidité, enthousiasme et détermination : la gardienne de but semble avoir trouvé avec l’Angleterre une équipe à son image.