Il se lève, il crie, il se prend la tête à deux mains sur certaines occasions manquées. Bright Dike est un supporter comme les autres lors de la finale de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2014. Comme les autres ? Pas tout à fait, puisque l’attaquant du Toronto FC et du Nigeria a fait le déplacement depuis Toronto, où il affrontait Chicago Fire la veille, pour suivre les performances de sa sœur Courtney. "Suivre le football en tant que spectateur, c’est une expérience différente. Je suis plus nerveux, mais j’ai la foi et je lui fais confiance. Elle a fait un gros travail et dans la famille, nous sommes très fiers d’elle", assure-t-il entre deux occasions, au micro de FIFA.com.

Au final, comme en 2010, l’Allemagne a battu le Nigeria 0:1, mais Courtney Dike termine la compétition avec la médaille d’argent et le titre de buteuse la plus rapide de l’histoire de la compétition. L’attaquante devrait-elle une partie de son succès aux sages conseils de Bright ? "J’ai suivi tous ses matches sur internet et j’ai pu parler avec elle aussi bien avant qu’après les rencontres. Je lui dis ce qu’elle a fait de bien, ce qu’elle a fait de mal, ce qu’elle doit travailler en priorité. C’est une très bonne joueuse et en plus, elle a suivi mes conseils", lance-t-il avec un sourire plein de fierté.

Pour l’instant, Bright est le seul joueur professionnel de la famille Dike, mais l’attaquant des Super Eagles voit un gros potentiel chez sa sœur. "C’est une attaquante très intelligente. Elle se déplace très bien dans le dos de la défense et entre les lignes. C’est l’une des meilleures qualités à avoir. Elle me ressemble pas mal. Nous avons un style très similaire", commente-t-il. L’amour du ballon rond et le poste d’attaquant, c’est une tradition familiale chez les Dike, qui ont tous joué au football aux avant-postes.

Une grande expérience
Courtney et ses frères sont nés aux États-Unis de parents nigérians. Pour Bright, le fait que sa sœur ait intégré les Super Falconets et disputé cette Coupe du Monde revêt une très grande importance. "La famille était déjà allée au Nigeria quelques fois et nous connaissons la culture du pays de nos parents, mais pour elle, cette compétition a été une grande expérience. Elle est bien intégrée à l’équipe, elle s’est fait de nouvelles amies et elle a pris beaucoup de plaisir", assure-t-il.

À la fin de la compétition, ses nouvelles amies reviendront chez elles, mais Courtney restera sur le continent américain pour une nouvelle aventure : poursuivre ses études de finance à l’université d’Oklahoma. "Elle ne va pas pouvoir prendre de vacances. Elle va retourner au boulot direct", rigole Bright, dont la sœur espère de tout cœur retrouver les couleurs nigérianes lors des prochaines compétitions internationales.

Sans connaître l’issue de la finale, qui s’est terminée par le sacre de l’Allemagne, le joueur du Toronto FC ne voyait que des aspects positifs à la participation de Courtney à Canada 2014. "Je suis certain qu’elle se souviendra de cette Coupe du Monde pendant toute sa vie. Ça a été quelque chose de fantastique pour elle et elle ne peut tirer que du positif de cette aventure. En plus, cette expérience lui a été très précieuse dans sa maturation en tant que joueuse." Bright a sûrement tenu le même discours à sa sœur en la retrouvant après la finale. Car indépendamment du résultat, Bright est avant tout un frère débordant de fierté.