L'année 2014 n'a pas particulièrement bien débuté pour Lina Magull. Victime d'une grave blessure à la cheville début avril, elle a manqué plusieurs mois de compétition avec le VfL Wolfsbourg. Elle a depuis retrouvé ses moyens, au point de mener avec autorité l'Allemagne en demi-finale de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Canada 2014.

"Après les matches, le programme est toujours le même. Nous courons, nous nous faisons masser et nous prenons un bain de glace. À titre individuel, je reçois des soins particuliers pour mon pied ou pour le reste du corps. On sent bien que je ne suis pas encore tout à fait remise. Je suis donc déjà très heureuse de participer à cette aventure", explique l'intéressée au micro de FIFA.com. "J'en ai parlé avec Maren Meinert avant le début du tournoi. Nous savions toutes les deux que je ne pourrais pas disputer l'intégralité des matches. Si je souffre trop, il nous suffit d'échanger un signe et je cède ma place à une coéquipière."

Porter le brassard dans ces conditions n'a évidemment rien d'évident, mais cette situation témoigne du statut à part dont bénéficie la milieu de terrain au sein de la sélection allemande. "C'est un rôle très particulier. De plus, je n'avais jamais eu l'occasion d'exercer de telles responsabilités dans une grande compétition auparavant", admet-elle. "Bien entendu, on attend beaucoup de moi. Mais ma sélectionneuse et mes coéquipières savent que je fais de mon mieux pour aider l'équipe, sur le terrain comme en dehors."

De bon augure
Sur le terrain justement, Magull a débuté tous les matches de son équipe avec le brassard de capitaine et à chaque fois, elle a su se montrer décisive. Sa dernière performance en date remonte au quart de finale contre le Canada. Devant 22 421 spectateurs déchaînés, les Allemandes ont rappelé qu'elles n'appartenaient pas au cercle des favorites par hasard. "C'était un match compliqué. Les Canadiennes ont du talent et le public était naturellement derrière son équipe. Néanmoins, nous avons été chaleureusement applaudies au coup de sifflet final. C'est une belle attitude", apprécei-t-elle. "Nous avons laissé une bonne impression. J'espère que nous pourrons reprendre le fil de notre jeu là où nous l'avions laissé et même aller encore plus loin. Ce match très accompli de notre part est de bon augure avant d'affronter la France."

L'Allemagne retrouvera dans le dernier carré une vieille connaissance. Les deux équipes s'étaient déjà croisées en demi-finale de l'UEFA EURO Féminin U-19. À l'époque, les Bleuettes étaient sorties victorieuses. "La France possède une équipe redoutable et un effectif très technique. Nous avons souvent eu l'occasion de nous mesurer", se souvient Magull. "Le match de l'année dernière ne m'est pas encore complètement sorti de la tête. Nous avions perdu de justesse (2:1). Nous n'en serons que plus décidées à prendre notre revanche."

En évoquant son état d'esprit avant cette affiche décisive, Magull espère un léger avantage en faveur de l'Allemagne. Les Françaises devront en effet se satisfaire d'un jour de repos en moins, après un match éprouvant face à la République de Corée. "En termes de récupération, un jour peut faire toute la différence" estime l'Allemande. "La France a également passé un peu plus temps sur le terrain, à cause de la prolongation et des tirs au but. Nous partirons donc avec un petit avantage. À nous de l'exploiter."