Nous sommes à la 106ème minute du premier quart de finale de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2016. La RDP Corée et l'Espagne sont toujours à égalité au National Football Stadium, mais les 22 actrices commencent à laisser percevoir des signes de fatigue. Depuis quelques minutes, les passes imprécises se multiplient. Mais Kim Phyong Hwa n'a pas dit son dernier mot. Profitant d'un mauvais dégagement au poing de la gardienne Maria Quinones, l'attaquante nord-coréenne amortit de la poitrine, s'avance aux 18 mètres et place une frappe imparable dans l'angle du but. Les Asiatiques mènent 3:2 et les demi-finales leur ouvrent soudain les bras.  

"Sur l'instant, j'ai dû choisir entre dribbler et tirer. Normalement, je n'hésite pas à défier mes adversaires balle au pied. Mais cette fois-ci, il m'a semblé que la frappe était la meilleure solution", confie l'héroïne du jour au micro de FIFA.com, quelques minutes après la partie.

À la demi-heure de jeu, personne n'aurait imaginé une issue aussi serrée. La RDP Corée semblait avoir pris un avantage décisif, grâce à deux réalisations signées Ju Hyo Sim (18ème) et Ri Hyang Sim (30ème). La Rojita avait beau faire jeu égal avec son adversaire, l'expérience parlait clairement en faveur des Nord-Coréennes. Malgré leur fougue, les Espagnoles n'avaient encore jamais dépassé la phase de groupes dans cette compétition.

Les vice-championnes d'Europe en titre ont accusé le coup après avoir encaissé leur deuxième but de la soirée. Mais alors que la victoire semblait avoir choisi son camp, Nahikari Garcia a relancé le match à la 38ème minute. En milieu de seconde période, Lucia Garcia a créé la surprise en remettant les deux équipes à égalité. La situation pouvait paraître logique au vu de la baisse de régime des Asiatiques, même si Kim assure : "Nous avons toujours cru en nous-mêmes". Cet état d'esprit conquérant a peut-être été la clé de la victoire.  

Expérience
Le résultat et la confiance affichée n'empêchent pas la joueuse de faire une analyse critique de la performance nord-coréenne, à l'image du sélectionneur Hwang Yongbong. "Nous n'avons pas bien joué en deuxième mi-temps. Pourtant, j'étais sûr que nous marquerions un but de plus que l'Espagne. Avant la prolongation, j'ai rappelé à mes joueuses qu'il faudrait rester concentré jusqu'au bout. C'était le prix à payer pour se procurer d'autres occasions et faire la différence."

La buteuse nord-coréenne dispute actuellement sa troisième épreuve mondiale. En 2012 et 2014, elle s'était déjà illustrée en Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA et en Coupe du Monde Féminine U-20, accumulant au passage une expérience précieuse. "Évidemment, le fait d'avoir déjà vécu certaines situations est un avantage. Ça permet de ne pas céder à la panique."  

Lors de ses précédentes sorties mondialistes, Kim a connu deux désillusions contre la France, en finale et dans un match pour la troisième place. La défaite aux tirs au but (7:6) concédée face aux Bleuettes dans le match pour le titre  à Bakou restera longtemps gravée dans les mémoires. Les Nord-Coréennes pourraient à nouveau croiser la route des Françaises à Port Moresby, le 3 décembre prochain en finale. Mais avant, il faudra affronter le vainqueur du duel entre les États-Unis et le Mexique. "Je suis ravie de poursuivre l'aventure dans cette compétition. Nous allons tout faire pour nous montrer à la hauteur des espoirs et des attentes de nos compatriotes et pour ramener le titre à la maison", conclut-elle.