Une bonne attaque passe souvent par un socle défensif solide. Pour l’Espagne, la sérénité commence par les cages et par les gants de María Quiñones.Là où la sélection ibérique a inscrit sept buts au cours de la phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Papouasie-Nouvelle-Guinée 2016, son dernier rempart n’a cédé qu’à deux reprises.

"Tout ce qu’on a accompli, on le doit au travail de toute l’équipe et pas seulement à mes performances dans les cages. En tout cas, il faut continuer comme ça car on a vu qu’en consolidant le bloc défensif, en resserrant davantage les défenseuses centrales et les latérales, on peut se protéger contre les ballons dans le dos. Pour moi, c’est la voie à suivre", explique à FIFA.com la joueuse de la Real Sociedad, qui donne de la voix, replace ses coéquipières et fait preuve d’autorité sur les ballons aériens.

Cette maturité, Mariasun la doit à son enfance passée au sein d’une famille où le sport est une religion. Depuis toute jeune, elle vit, dort et mange football. "Ma sœur Nekane joue au football, elle est milieu de terrain, donc on discute souvent. Je lui dis des choses que je vois au sujet de son poste et elle me donne des conseils par rapport au mien. C’est très précieux d’avoir à ses côtés une personne qui joue au poste auquel tu es opposée et qui te permet d’entrer dans la tête d’une milieu de terrain", estime-t-elle.

Un faux pas riche en enseignements
La Rojita a parfaitement réussi ses deux premiers matches, face au Canada (5:0) puis au Japon (1:0). Mais elle a ensuite subi sa première défaite face au Nigeria, contre lequel elle a encaissé ses premiers buts de la compétition. "Le Nigeria est une équipe très puissante, très rapide et au final, ça finit par peser. On s’est fait prendre dans notre dos à plusieurs reprises. On a réussi à s’en tirer certaines fois, mais pas d’autres", regrette-t-elle.

Ce revers a valu aux Espagnoles de se contenter de la deuxième place du Groupe B et de se retrouver confrontées à la RDP Corée en quart de finale. Il faudra donc une Quiñones à son meilleur niveau face à une formation asiatique qui n’a pas encore connu la défaite dans cette Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, Papouasie-Nouvelle-Guinée 2016.

"On doit rester fidèles à notre jeu. Notre football consiste à jouer à une touche de balle et à faire bouger l’adversaire. On ne doit pas les laisser s’installer et faire en sorte que ce soit nous qui soyons à l’aise avec la possession du ballon. On n’a pas le même potentiel physique que d’autres équipes, mais on a cette qualité technique, qui peut nous aider à avancer dans la compétition", conclut-elle, nullement intimidée en vue de la rencontre programmée ce 24 novembre.