• Camille Abily a pris sa retraite internationale en juillet 2017
  • Elle poursuit néanmoins sa carrière en club (Olympique lyonnais)
  • Elle a été nommée ambassadrice de France 2018 

"La page Bleue se tourne mais le livre ne se ferme pas." C’est par ces mots que la désormais ancienne milieu de terrain de la France Camille Abily a annoncé la la fin de sa carrière internationale, le 30 juillet dernier. Un message empreint évidemment de tristesse. Comment pourrait-il en être autrement après 183 sélections étalées sur 16 ans ? Mais comme elle le dit si bien, l’histoire continue…

C’est le début d’un nouveau chapitre pour Abily qui a décidé de poursuivre son aventure en club au moins pour une saison… mais aussi pour les Bleues. Des Bleues frustrées depuis plusieurs années dans les tournois majeurs, mais qui ont toutes les raisons de croire en un avenir proche radieux, avec notamment la nomination d’une nouvelle sélectionneuse en la personne de Corinne Diacre en septembre 2017, mais surtout avec l’organisation de "leur" Coupe du Monde Féminine de la FIFA, dans deux ans.

"Il y a une superbe génération qui arrive. Je suis ravie de passer le témoin à des jeunes joueuses aussi talentueuses. L’expérience manque chez les A, mais elles ont montré en club et dans les équipes de France U-17 ou U-20 qu’elles étaient capable de grandes choses", raconte Abily au micro de FIFA.com. "Je leur souhaite tout le meilleur. J’espère de tout cœur que l’année 2019 sera leur année. Le fait de jouer à domicile comme en on a pu le voir pour les Pays-Bas lors du dernier Euro, ça donne des ailes !"

 Abily en Bleue, c’est :

- 183 sélections / 37 buts
- 2 Tournois de Chypre (2012 et 2014), 1 SheBelievesCup (2017) et 2 participations en Coupe du Monde
- 1 meilleur souvenir : "La Coupe du Monde 2011. On a atteint les demi-finales du tournoi, on s’est qualifiées pour les JO de 2012… L’ambiance en Allemagne était fantastique, l’engouement exceptionnel"
- 1 raison d’arrêter : "Mon âge (32 ans), je ne suis plus toute jeune ! Il fallait repartir sur deux années, et je ne suis pas sûre que je jouerai encore au foot. C’est beaucoup de sacrifices. Psychologiquement, cela a été dur, je me suis mis beaucoup de pression, j’ai eu tellement envie de réussir avec l’équipe de France… et il y a beaucoup d’échecs".


Parmi ces échecs, cet UEFA EURO Féminin 2017.  Prétendante au titre, la France, portée pourtant par une Abily exemplaire, n’a pas fait mieux qu’un quart de finale, battue par l’Angleterre d’un Mark Sampson, qui n’a pas manqué de rendre hommage à la joueuse à l’issue de la rencontre "Elle ne mérite pas de finir sa carrière sur une défaite. C'est une légende du football", a ainsi confié le désormais ex-sélectionneur britannique. "Ça fait plaisir, mais je pense que c’est exagéré…", rétorque-t-elle. "Cela dit, j’ai toujours donné le maximum sur un terrain, et tant mieux si je peux être prise en exemple pour ça".

Abily en club, c'est :
- Plus de 450 matches dans l'élite / Plus de 200 buts
- 4 Ligues des champions féminines de l'UEFA avec l'OL
- 10 titres de champion de France avec l'OL / 1 titre en Women's Professionnal Soccer avec le FC Gold Pride
- 7 Coupes de France avec l'OL

Pour ça et pour son immense carrière, Abily est qu’elle le veuille ou non un modèle. La native de Rennes a d’ailleurs été choisie par le Comité Organisateur Local de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA, France 2018 comme ambassadrice. Le tournoi se déroulera chez elle, en Bretagne : "Je suis ravie que cela se passe dans ma région. Elle a notamment l’avantage du climat : il ne fait jamais trop chaud !", explique-t-elle. "La Bretagne va faire les choses en grand pour cette Coupe du Monde, elle y mettra du cœur. Je suis convaincue qu’il y aura du monde du monde dans les stades. Moi la première."

Effectivement, on n’a pas fini de voir Abily dans des stades. Le livre est loin d’être fini…