• Jin Kun a remporté la médaille d’or à Nankin en 2014
  • Sous son impulsion, la RP Chine retrouve la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA
  • La jeune prodige a récemment honoré sa première sélection en équipe nationale

Au moment d’affronter la RP Chine en finale du Tournoi Olympique de Football Filles 2014 à Nankin, le Venezuela faisait figure de grandissime favori. En effet, toutes les conditions semblaient réunies pour que les Sud-Américaines remportent leur première médaille d’or : l’équipe comptait six participantes à la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, dont l’emblématique attaquante Deyna Castellanos.

Mais, à la surprise générale, le pays hôte de la compétition s’est imposé sur un score sans appel (5:0). Au sein de l’équipe entraînée par Lu Yiliang, l’ailière Jin Kun s’est particulièrement illustrée par sa créativité et ses talents de buteuse. La jeune fille a offert une passe décisive dès sa première sortie en phase de groupes, avant de signer un doublé dans le match décisif, à l’issue duquel la RP Chine a remporté son premier tournoi mondial.

Quatre ans plus tard, cette performance fait toujours figure de référence dans une compétition estampillée FIFA pour la sélection chinoise. Jin Kun, toutefois, n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. Notre héroïne a poursuivi sa progression, ce qui lui a valu d’intégrer la sélection qui s’est récemment adjugé la troisième place du Championnat d’Asie Féminine U-19 de l’AFC 2017, un résultat synonyme de qualification pour la Coupe du Monde Féminine U-20 en France.

"Nous étions très heureuses d’accéder à la phase finale", explique Jin Kun au micro de FIFA.com. "C’était fabuleux. J’espère que nous pourrons confirmer nos progrès sur la scène mondiale en obtenant un résultat satisfaisant."

Héritière d’une légende
Dotée d’une belle pointe de vitesse et très à l’aise techniquement, la jeune femme offre une solution offensive très intéressante sur l’aile. Ses performances inspirées lui ont même valu d’être comparée à Zhao Lihong. Cette ancienne internationale a été l’une des figures marquantes des Steel Roses qui s’étaient invitées en finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 1999™, avant d’échouer face aux États-Unis.

Dans un entretien accordé à FIFA.com en 2014, son ancien sélectionneur Lu n’avait pas hésité à la comparer les deux joueuses. "Jin Kun ressemble beaucoup à Zhao Lihong par certains aspects", confiait le technicien. "Sa vitesse et ses appels tranchants nous font beaucoup de bien. Une bonne équipe doit posséder des caractéristiques spécifiques ; c’est également le cas pour les bonnes joueuses."

https://twitter.com/ChinaWFT/status/954351313533497344

L’avenir s’est depuis chargé de lui donner raison. Kun a brillé tout au long des qualifications asiatiques. Non contente de donner le tournis à ses gardes du corps, elle a elle-même clos la marque contre l’Australie, dans le match pour la troisième place (3:0). Il n’en fallait pas moins pour que la RP Chine retrouve la Coupe du Monde Féminine U-20, après avoir manqué l’édition précédente en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Toujours plus haut
Le sélectionneur national Siggi Eyjolfsson n’est visiblement pas insensible au talent de Kun, comme en témoigne sa récente convocation. Pour la première fois, notre interlocutrice a été alignée à la pointe de l’attaque. "L’entraineur trouve que je suis rapide et il pense que je peux faire de bonnes choses à ce poste. C’est vrai que je suis assez vive et ma technique individuelle me permet de poser des problèmes aux défenseuses adverses. Je peux aussi prendre les couloirs et centrer. Bien entendu, je dois encore trouver des automatismes avec mes coéquipières et prendre les bonnes décisions sur le terrain."

Kun n’a cependant pas tardé à trouver ses marques à son nouveau poste. Pour ses grands débuts internationaux, elle a débloqué la situation dans le match d’ouverture du tournoi des quatre nations contre le Viêt-Nam, en janvier 2018. Alors que la Coupe d’Asie Féminine de l’AFC (en avril) et France 2018 (en août) se profilent à l’horizon, l’attaquante a bien du mal à masquer ses ambitions.

"Je vais tout faire pour donner le meilleur de moi-même en équipe nationale. Ce serait formidable de marquer en Coupe d’Asie. En ce qui concerne la Coupe du Monde U-20, je vais me retrouver face aux meilleures et je compte bien tirer le maximum d’enseignements de cette expérience. Je veux apprendre au contact des plus grandes joueuses, contribuer au succès de mon équipe et marquer encore beaucoup de buts."