Schumacher, coeur et tête de Turc
© Getty Images

Enthousiasme et émotion : la Turquie possède toutes les qualités pour séduire les footballeurs et les supporters du monde entier. Harald Schumacher a eu l'occasion de le découvrir par lui-même entre 1988 et 1991. L'ancien gardien de but de l'Allemagne ne cache donc pas son impatience, à sept mois du coup d'envoi de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013.  

"Tous ceux qui aiment le football vont se régaler en découvrant les stades turcs et leurs formidables supporters", annonce-t-il à FIFA.com. Schumacher sait de quoi il parle. Dès sa première saison sur les bords du Bosphore, il a mené Fenerbahçe au titre de champion. En tout, il a disputé 89 matches parmi l'élite turque avec le grand club de la capitale. "Ici, le football est presque une religion", ajoute-t-il.  

La 19ème édition de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA se présente donc sous les meilleurs auspices. Les rencontres auront lieu à Antalya, Bursa, Gaziantep, Istanbul, Kayseri, Rize et Trabzon, autant de places fortes du football turc. "D'après ce que je sais des Turcs, je suis certain qu'ils sont très fiers d'organiser ce tournoi", prévoit l'ancien portier aux 76 sélections. "C'est l'occasion pour eux de prouver de quoi ils sont capables. Je ne doute pas une seconde qu'ils sauront se montrer à la hauteur de l'occasion et qu'ils feront tout pour que cette édition reste dans les mémoires. Il faut s'attendre à voir des stades pleins. Les jeunes joueurs qui se rendront là-bas vont vivre une expérience fantastique."  

Aujourd'hui, Schumacher occupe le poste de vice-président du 1. FC Cologne, récemment relégué en deuxième division. Malgré ses obligations au sein de son club formateur, dont il a porté les couleurs à 422 reprises, le vice-champion du monde trouve toujours le temps de se rendre en Turquie trois à quatre fois par an. Ces déplacements sont aussi l'occasion pour lui de prendre part à des projets sociaux, comme la création d'un orphelinat à Manavgat, près d'Antalya.

Talent et rigueur
La Turquie est donc, en quelque sorte, la deuxième patrie de l'ancien champion d'Europe 1980.  "Je n'oublierai jamais tout ce que j'ai vécu là-bas au cours de ces trois années", confie-t-il. "Mon séjour en Turquie est sans conteste l'un des moments les plus forts de ma carrière. Le soir du titre, la circulation était complètement bloquée devant ma maison. C'était pourtant une rue à six voies. Vous imaginez un peu ? Et lorsque j'allais au restaurant avec ma femme, tous les clients se levaient pour nous offrir une standing ovation. Ça en dit long sur la gentillesse et la politesse des Turcs. Je garde un souvenir très ému de ces moments merveilleux."

La passion de Schumacher pour le football turc n'a pas disparu à son retour en Allemagne. Il avoue volontiers suivre toujours avec attention les résultats des Milliler et de Fenerbahçe. "Dommage que la Turquie ne soit pas plus présente dans les grandes compétitions", regrette-t-il. "Pourtant, tout le monde sait que les Turcs sont très doués techniquement. Ils savent pratiquement tout faire avec un ballon. Lorsqu'ils associent ce talent naturel à la rigueur tactique, ils sont redoutables."  

Le double joueur allemand de l'année, en 1984 et 1986, est convaincu que la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013 ne sera pas seulement une grande expérience pour les fans mais aussi pour le pays hôte. Selon lui, la Turquie a toutes les qualités pour jouer un rôle intéressant dans ce tournoi. En l'absence de l'Allemagne, on sait au moins quelle équipe aura les faveurs de Schumacher.