Jelicic sur les traces de Prosinecki
© LOC

Quel meilleur lien entre le football turc et le football croate que Robert Prosinecki ? L'ancien milieu de terrain, considérée comme l'un des meilleurs joueurs croates de tous les temps, est en effet l'entraîneur du club turc de Kayserispor. L'été prochain, c'est donc avec un objectif supplémentaire que la jeune équipe de Croatie se rendra en Turquie pour y disputer la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2013 : suivre les traces de Prosinecki, aujourd'hui âgé de 44 ans.

Pour avoir emmené la sélection yougoslave au titre suprême lors du Championnat du Monde Juniors de la FIFA 1987 au Chili et remporté le Ballon d'Or adidas en tant que meilleur joueur du tournoi, Robert Prosinecki fait effectivement figure de modèle aux yeux de ses jeunes compatriotes. "Quand on a vu Prosinecki et sa façon de jouer, on ne peut pas y rester indifférent", explique Dinko Jelicic, l'actuel sélectionneur des U-20 croates, au micro de FIFA.com. "Il est non seulement le héros de mes joueurs, mais aussi le héros de ma jeunesse."

Jelicic ne cache pas son admiration lorsqu'il évoque Prosinecki devant ses protégés : "Sa technique parfaite, son incroyable vision du jeu et la passion avec laquelle il disputait chaque match sont légendaires", se souvient le technicien de 39 ans, qui y voit certains parallèles avec son équipe. "Le football croate est connu pour son haut niveau technique et pour la mentalité de ses joueurs. L'actuelle génération des U-20 n'échappe pas à la règle."

C'est la raison pour laquelle Jelicic estime qu'une autre success-story, à la manière de celle écrite par Prosinecki, pourrait voir le jour à partir du 21 juin prochain. "Les joueurs ont le droit d'espérer le meilleur et de rêver", iniste-t-il. "À chaque tournoi, notre objectif est de remporter le titre. Nous allons là-bas pour tout donner et aller le plus loin possible."

Dans les rangs croates, on ne sait que trop bien que le grand rendez-vous mondial U-20 constitue une nouvelle opportunité pour ce pays de 4,5 millions d'habitants de montrer la qualité de son football au monde entier.

Évidemment, les Croates ont conscience que d'autres équipes joueront le rôle de favori. Lors du Championnat d'Europe U-19 de l'UEFA en 2012, disputé en Estonie, la Croatie a décroché sa qualification in extremis, après avoir terminé à la troisième place de son groupe. Mais Jelicic mise avant tout sur l'aspect psychologique. "Lorsque le pays tout entier est solidaire, ce qui est particulièrement le cas pendant une phase finale de Coupe du Monde, ça stimule notre passion et notre fierté", estime-t-il. "Nous attendons donc le tournoi en Turquie avec beaucoup d'impatience. On se réjouit à l'avance d'y participer. Les joueurs croates sont patriotes. Ça nous inspire."

Les éléments semblent donc réunis pour que la sélection croate crée la sensation sur les sept sites prévus pour le tournoi : Antalya, Bursa, Gaziantep, Istanbul, Kayseri, Rize et Trabzon. Dans un pays comme la Turquie, passionné de football, les Croates ont tout ce qu'il faut pour gagner les faveurs du public. "Notre recette magique, c'est toujours le collectif", affirme Jelicic. "Notre objectif est de faire progresser les jeunes joueurs pour qu'ils atteignent le meilleur niveau, comme par le passé."

Prosinecki lui-même ira peut-être s'asseoir dans les gradins pour apporter son soutien à ses successeurs potentiels.