• Il y a 40 ans, ce lundi 10 juillet, se déroulait la première finale du Championnat du Monde Juniors de la FIFA 
  • L'URSS a été sacrée championne du monde de la catégorie
  • La Tunisie organisait l’événement

En entendant que la 19ème édition de la Coupe du Monde de la FIFA™ aurait lieu en Afrique du Sud, tout un continent a pu laisser exploser sa joie. Des décennies auparavant, en 1977 pour être précis, un autre pionnier du football avait plaidé la cause du Continent Mère.   

Harry Cavan a en effet été l'un des premiers à s'engager pour le développement du football de jeunes et la tenue de grands tournois internationaux sur d'autres continents que l'Europe ou l'Amérique du Sud. Sous son impulsion, l'édition inaugurale du Championnat du Monde Juniors de la FIFA, ancêtre de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, a donc été confiée à la Tunisie.   

Personne n'a jamais eu à regretter cette décision. La compétition fut un franc succès, grâce notamment à une série de surprises rafraîchissantes. En demi-finale, le Mexique et l'URSS ont ainsi battu les favoris brésiliens et uruguayens aux tirs au but.

Il y a 40 ans ce lundi 10 juillet, plus de 22 000 personnes étaient présentes au stade El Menzah de Radès pour assister à une finale haletante. Malgré l'enthousiasme des deux équipes, la première mi-temps s'est soldée sur un nul vierge. Toutefois, les filets ont tremblé à trois reprises en l'espace de dix minutes, au retour des vestiaires. Fernando Garduno a donné l'avantage au Mexique, avant que l'arrière droit soviétique Vladimir Bessonov ne remette les deux équipes à égalité. Dans la foulée, Agustin Manzo a redonné l'avantage à El Tri.

Alors que le trophée semblait promis au Mexique, Bessonov est une nouvelle fois monté aux avant-postes pour signer le but égalisateur. Fait unique dans l'histoire des compétitions FIFA, tous les matches à élimination directe disputés en Tunisie se sont joués aux tirs au but. Seize équipes étaient présentes sur la ligne de départ mais seul le vainqueur de chaque groupe accédait aux demi-finales.  

Sivuha, du banc au firmament
Alors que l'arbitre s'apprêtait à siffler la fin du match, le sélectionneur soviétique Serguel Massiaguine abattait sa dernière carte en faisant entrer Yuri Sivuha, spécialiste des tirs au but, en lieu et place du gardien Aleksandre Novikov. La stratégie s'était révélée payante au tour précédent et, cette fois encore, la future légende du Metalist Kharkiv a parfaitement justifié la confiance de son entraîneur. Auteur de deux parades décisives, Sivuha a offert la victoire à son équipe (9:8). La finale a donc tenu toutes ses promesses, au terme d'un tournoi passionnant et riche en émotions. À l'issue des débats, le Championnat du Monde Juniors de la FIFA a immédiatement trouvé sa place sur la scène internationale. L'Afrique, elle, a fait la démonstration de sa capacité à organiser une grande compétition internationale.

Bessonov est reparti avec le titre de meilleur joueur de Tunisie 1977. Ses coéquipiers Andrey Bal, Sergei Baltacha et Vagiz Khidiyatullin comptent parmi les nombreux espoirs à avoir connu les honneurs d'une participation à l'épreuve suprême au cours des années suivantes. Ces jeunes talents, la Coupe du Monde U-20 de la FIFA et l'Afrique doivent donc beaucoup à Harry Cavan.